L'époque en live

Étude : plus de la moitié des étudiants n’utilisent pas de préservatif par Esteban de Azevedo

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de visiteur Icône utilisée pour page visite

PLUS LUS

Icône de montre Icône utilisée pour voir le temps de lecture de ce contenu

Temps de lecture

2 minutes

Publié le Lundi 8 Juillet 2019

L’enquête annuelle réalisée par une alliance de 7 mutuelles, Heyme, sur les conditions de vie et la santé des étudiants révèle des chiffres inquiétants. L'étude s'est notamment penchée sur les violences et les discriminations.

Les violences

1 étudiant sur 3 a déjà subi des violences, aussi bien verbales, que psychologiques, sexuelles ou sur les réseaux sociaux. Pour 75% des étudiants dans ce cas, la violence est verbale, psychologique pour 54% et physique : 32%. Quant aux violences sexuelles, elles concernent 9% des étudiants. 66% de ces comportements sont orchestrés par une connaissance ou un ami. 3 agressés sur 10 n’en parlent d’ailleurs à personne. Par honte ou par résignation. 

Les conditions de vie

Toujours selon l’étude, 1 étudiant sur 2 habite chez ses parents, tandis que son budget moyen par mois est de 463€. La moitié (55%) doit donc travailler en plus de ses cours. Chiffre inquiétant, plus de 80% font le choix de ne pas se rendre chez le médecin lorsqu’ils sont malades, préférant l’automédication pour éviter d’avoir à payer une consultation. Enfin, la grande majorité d’entre eux (9/10) est stressée au cours de l’année. 

La sexualité

En matière de sexualité, des comportements à risques ont été repérés. Si 7 étudiants sur 10 déclarent avoir déjà eu un rapport sexuel, seulement 44% disent porter un préservatif à chaque fois. 1 étudiante sur 2 ayant notamment eu recours à la contraception d’urgence, plusieurs fois pour 23% d’entre elles. Le dépistage n’est pas encore assez répandu lui non plus, 1 étudiant sur 2 se fait dépister lors d’un changement de partenaire. Les fausses croyances sont toujours présentes également, 12% des étudiants pensent qu’on peut être contaminé par le SIDA/VIH en embrassant une personne séropositive, 6% en buvant dans son verre, 3% en lui serrant la main et 17% en étant simplement en contact avec elle.

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu

* champs obligatoires