Étude : faire preuve de gentillesse rallongerait notre espérance de vie Étude : faire preuve de gentillesse rallongerait notre espérance de vie

L'époque en live

Étude : faire preuve de gentillesse rallongerait notre espérance de vie

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de visiteur Icône utilisée pour page visite

PLUS LUS

Icône de montre Icône utilisée pour voir le temps de lecture de ce contenu

Temps de lecture

2 minutes

Publié le Mercredi 13 Novembre 2019

Cette fois-ci c’est confirmé : la gentillesse paie. Elle pourrait même nous aider à vivre plus longtemps. Explications.

Nos parents nous l’ont assez répété pour qu’on s’en souvienne : la méchanceté, c’est mal. Surtout, elle pourrait nous faire vieillir plus rapidement. Et c’est la science qui le dit ! Des chercheur.se.s de l'Institut Bedari Kindness de l'Université de Californie à Los Angeles ont étudié les bienfaits, psychologiques et physiques, de la gentillesse sur notre organisme et les résultats sont sans appel : la bonté est bien meilleure pour la santé. "Avoir un comportement centré sur la gentillesse ou même réfléchir à la manière dont on peut être davantage aimable avec les autres fait baisser la tension artérielle", a déclaré Daniel Fessler, directeur de cet institut. Être gentil.le c’est-à-dire être honnête et bienveillant.e, envers nous-même d’abord, pourrait également réduire les risques de dépression et d’anxiété.

Un diagnostic confirmé par Kelli Harding, médecin de l'Université de Columbia, qui estime que bienveillance et empathie "boostent le système immunitaire et aident globalement les gens à vivre mieux et plus longtemps". D’ailleurs, une autre enquête scientifique, publiée dans la revue Journal of Health and Social Behaviour, a prouvé que les personnes qui font du bénévolat sont moins sujettes à la dépression. En revanche, le fait d’évoluer dans un environnement qui contraint d’adopter une attitude désagréable envers les autres augmenterait considérablement le stress et le rythme cardiaque et pourrait donc "raccourcir littéralement la vie". À bon entendeur.

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu

* champs obligatoires