Étude : avoir lu Harry Potter pourrait nous rendre plus tolérant Étude : avoir lu Harry Potter pourrait nous rendre plus tolérant

L'époque en live

Étude : avoir lu Harry Potter pourrait nous rendre plus tolérant par Tess Annest

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de visiteur Icône utilisée pour page visite

PLUS LUS

Icône de montre Icône utilisée pour voir le temps de lecture de ce contenu

Temps de lecture

3 minutes

Publié le Samedi 9 Novembre 2019

Voici une nouvelle qui devrait ravir les fans d’"Harry Potter". Une étude scientifique a révélé qu’avoir lu la saga de J.K. Rowling pouvait faire de nous une meilleure personne. Explications.

Nombreux.ses sont les millennials qui ne jurent que par Harry Potter. Ça tombe bien, la saga écoulée à plus de 450 millions d’exemplaires à travers le monde pourrait rendre plus ouvert.e et plus tolérant.e. Et c’est la science qui le dit ! Selon une étude intitulée La plus grande magie de Harry Potter : Réduire les préjugés et publiée dans la revue scientifique Journal of Applied Social Psychology, lire les aventures de l’apprenti sorcier nous rendrait meilleur.e.

Pour en arriver à une telle conclusion, les chercheur.se.s ont étudié l’influence que pouvait avoir l'histoire de J.K. Rowling sur des élèves d’écoles primaires, de lycées et d’universités, en Italie et au Royaume-Uni. Ils.elles ont d’abord questionné les jeunes enfants sur l’immigration et les ont ensuite divisé en deux groupes, le premier devant lire une scène où Drago Malefoy insulte Hermione de "sale petite sang-de-bourbe", le second un extrait plutôt neutre du livre. Une semaine plus tard, les écolier.e.s ont à nouveau été interrogé.e.s et il s’est avéré que le premier groupe faisait preuve de plus d’empathie envers les immigré.e.s que le second. Même constat du côté des lycées et des universités : celles et ceux qui ont lu Harry Potter au moins une fois dans leur vie éprouveraient plus de compassion à l’égard des catégories sociales défavorisées et/ou discriminées. Et pour cause, la manière dont sont distribués les rôles, celle dont nous sommes amené.e.s à définir le bien et le mal et l’importance de la hiérarchie sociale dans cette histoire nous oblige à repenser notre manière de voir le monde.

Les chercheur.se.s expliquent que le fait que les enfants aient été confronté.e.s à ce genre de schéma joue un rôle important dans leur façon de comprendre la société et son adversité. Ils.elles auraient aussi tendance à être moins méfiant.e.s et à avoir moins de préjugés. Pour simplifier, les aventures d’Harry Potter améliorerait notre perception de l’autre, notamment grâce à la personnalité du célèbre apprenti sorcier qui tente de comprendre les souffrances des catégories stigmatisées par les autres personnages tout au long de la saga. Si ce n’est pas de la magie…

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu

* champs obligatoires