Étude : 69% des jeunes culpabilisent lorsqu’ils ne font rien Étude : 69% des jeunes culpabilisent lorsqu’ils ne font rien

L'époque en live

Étude : 69% des jeunes culpabilisent lorsqu’ils ne font rien

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de visiteur Icône utilisée pour page visite

PLUS LUS

Icône de montre Icône utilisée pour voir le temps de lecture de ce contenu

Temps de lecture

2 minutes

Publié le Samedi 30 Novembre 2019

À force de comparer leurs vies avec celles qu’exposent les influenceur.se.s sur les réseaux sociaux, les jeunes pensent ne pas assez profiter de la leur. Ils/elles sont même plus de la moitié à culpabiliser quand ils/elles ne font rien.

Il y a ceux/celles qui préparent leurs repas à l’avance, ceux/celles qui passent leur vie aux quatre coins du monde, ceux/celles qui n’ont d'yeux que pour les salles de sport… Au milieu de ces modes de vie soi-disant parfaits exhibés sur les réseaux sociaux, difficile pour les jeunes de s’y retrouver. Selon une nouvelle étude menée par le cabinet de tendances Jam et justement intitulée À la recherche du temps perdu, 58% des femmes de 15 à 25 ans et 42% des hommes du même âge ont l’impression de ne pas profiter assez de leur temps de pause. Et pour cause, entre le travail de travail et le temps libre, ils/elles doivent composer avec le temps dit "perdu" qui, selon les expert.e.s, s’élève à cinq heures par jour.

Des heures gâchées à entendre la plupart d’entre eux/elles et qui pèsent lourd sur leurs épaules. "Quand je ne fais rien, je sens que je stagne", explique Florine sur le site de Jam. Et à Franck de continuer : "(…) On n’a pas le temps de rien faire". Ainsi, 69% des personnes interrogées disent culpabiliser quand elles ne font rien. La faute aux écrans et aux réseaux sociaux puisque 42% du panel estime y consacrer plus de six heures par jour. Pourtant, ils ont beau happer notre attention, ils permettent surtout de ne jamais rien faire… Même aux toilettes ! Il semblerait donc qu’on ait oublié comment réellement perdre notre temps. Et pourtant, nombreux.ses sont les médecins qui estiment que s’ennuyer est bon pour la santé du cerveau. Voilà qui devrait en faire déculpabiliser plus d’un.e.

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu

* champs obligatoires