En France, un quart des TGV arrive encore en retard En France, un quart des TGV arrive encore en retard

L'époque en live

En France, un quart des TGV arrive encore en retard par Tess Annest

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de visiteur Icône utilisée pour page visite

PLUS LUS

Icône de montre Icône utilisée pour voir le temps de lecture de ce contenu

Temps de lecture

2 minutes

Publié le Samedi 17 Août 2019

Alors que l’autorité de régulation des activités ferroviaires et routières vient de rendre son rapport, les voyants sont une nouvelle fois au rouge à la SNCF. En cause, de trop nombreux retards de trains, notamment de TGV. Comme c’est étonnant…

C’est encore et toujours la même rengaine du côté de la SNCF. Selon le rapport de l’autorité de régulation des activités ferroviaires et routières publié le 8 août 2019, en 2018, 26% des trains à grande vitesse ont affiché un retard de plus de cinq minutes à leur arrivée en gare. C’est un point de plus qu’en 2017, tout comme les retards de plus de trente minutes qui sont passés de 4% en 2017, à 5% en 2018. En tout, près d'un quart des TGV est arrivé en retard l'an passé. Ainsi, quelques 28 millions de voyageur.se.s sont arrivé.e.s à destination cinq minutes et plus après l'heure indiquée sur leur billet. Plus significatif encore, 400 000 trains ont été annulés dans l’Hexagone en 2018, contre 63 000 en 2017. La faute notamment à un mouvement national de grève et à un important incendie qui a paralysé la gare Montparnasse plusieurs jours de suite en plein cœur de l’été.

Selon les enseignements du dernier rapport, les Intercités sont les champions toutes catégories des retards, suivis de très près par les TGV. Cette année encore, la ponctualité reste donc mauvaise à la SNCF, surtout sur l’axe Sud-Est. Les lignes les plus concernées par de fréquents retards sont la Modane - Paris Gare de Lyon avec 55% de trains en retard en 2018, la Lyon Part Dieu - Toulouse Matabiau (42%) et enfin, la Bordeaux-Saint-Jean - Marne-la-Vallée Chessy (41%). Tous les trains ayant, pour la plupart, 6 à 30 minutes de retard à leur arrivée en gare. L’autorité de régulation des activités ferroviaires et routières explique ces multiples dysfonctionnements par une mauvaise gestion du matériel (24%) et par des causes extérieures, comme les suicides, les animaux sur les voies ou les fortes intempéries (20%). La SNCF a désormais toutes les clés en main pour régler le problème. Mais à ce sujet, on ne se fait pas trop d’illusions. 

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu

* champs obligatoires