Des "cornes" poussent derrière le crâne des 18-30 ans à cause des smartphones Des "cornes" poussent derrière le crâne des 18-30 ans à cause des smartphones

L'époque en live

Des "cornes" poussent derrière le crâne des 18-30 ans à cause des smartphones par Tess Annest

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de visiteur Icône utilisée pour page visite

PLUS LUS

Icône de montre Icône utilisée pour voir le temps de lecture de ce contenu

Temps de lecture

2 minutes

Publié le Dimanche 23 Juin 2019

À force d’avoir constamment les yeux rivés sur leur smartphone, certains millennials se retrouvent avec une "corne" en bas du crâne, au niveau de la nuque. La faute à une mauvaise posture… et à de mauvaises habitudes.

Tous.tes les millennials ont leur smartphone greffé dans la main. Une mauvaise habitude à laquelle on ferait bien de mettre fin si on veut conserver notre posture habituelle. À en croire une étude australienne menée par David Shahar et Mark G. L. Sayers, de l’Université du Sunshine State dans le Queensland en Australie et relayée par le Washington Post, à force d’utiliser leurs téléphones, certains jeunes se retrouvent avec des "cornes" au niveau de la nuque. 

Après avoir inspecté 1 200 crânes de jeunes adultes âgés de 18 à 30 ans, les scientifiques australiens ont pu constater que le squelette de certain.e.s d’entre eux.elles avait déjà commencé à se modifier. C'est d'ailleurs la toute première fois que notre ossature est modifiée par l'usage des nouvelles technologies. En cause : une mauvaise posture due à l’utilisation excessive des smartphones. Appelé "protubérance occipitale externe élargie", ce phénomène touche principalement les jeunes qui peuvent passer des heure la tête penchée sur leurs écrans. Après trois ans de recherches, cette "corne", qui peut parfois atteindre 30 mm, a été repérée chez plus d’un jeune sur quatre parmi les participant.e.s. "Nous sommes venus à l'hypothèse que cette protubérance puisse être liée à une posture exagérée et soutenue, associée à l'émergence et l'utilisation toujours plus importante de technologies que l'on tient en main, comme un smartphone ou une tablette", expliquent les deux scientifiques en charge de l'étude. Une bosse qui, si elle ne présente aucun risque pour la santé, alerte tout de même sur notre utilisation excessive des smartphones. Et qui devrait, selon les chercheurs, continuer à se développer dans les prochaines années. 

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu

* champs obligatoires