D’après la loi, votre chat n’a pas le droit de sortir D’après la loi, votre chat n’a pas le droit de sortir

L'époque en live

D’après la loi, votre chat n’a pas le droit de sortir de chez vous

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de visiteur Icône utilisée pour page visite

PLUS LUS

Icône de montre Icône utilisée pour voir le temps de lecture de ce contenu

Temps de lecture

2 minutes

Publié le Lundi 2 Décembre 2019

Selon deux juristes hollandais, il serait en fait illégal de laisser sortir nos chats domestiques… Ils mettraient en danger des millions d’oiseaux menacés et protégés.

C’est une découverte de deux chercheurs néerlandais, Arie Trouwborst et Han Somsen, qu’a relayé La Voix Du Nord puis Konbini. D’après leurs analyses publiées dans le Journal of Environmental Law, les chats européens n’auraient en fait pas du tout le droit de sortir de chez nous. Ce serait en effet contraire à la législation européenne. Ne paniquez pas, rien qu’en France, nous serions 13 millions de coupables, le pays lui-même le serait ainsi que les 27 autres qui constituent l’Union. La raison ? Nos chats, grand prédateurs, tueraient des espèces d’oiseaux menacées et protégées. 
Selon Arie Trouwborst et Han Somsen, environ 75 millions d’oiseaux seraient tués chaque année en France. Un chiffre affolant lorsque l’on sait que les 28 membres de l’UE sont obligés, en vertu des directives européennes sur les oiseaux et les habitats (2009/147 / CE et 92/43 / CEE), de protéger certaines espèces. 

Les pays vont-ils rester dans l’illégalité ?
Les deux auteurs, néerlandais, de l’étude le précisent : "quiconque intente un procès le gouvernement néerlandais, qui doit faire respecter les règles européennes, a donc de bonnes chances de réussir." Un processus qui aurait très probablement la même fin, en France. Selon eux, cela ne devrait pas rester une "exception à la loi", ils considèrent en effet que les dégâts perpétués par les chats "sont trop importants". 

Qu’en pensent les associations de protection animales ? 
Interviewée par Konbini News, Karine Faucher, porte-parole du Club de défense des animaux, estime qu’il est "disproportionné" de faire reposer sur les épaules des seuls chats, la disparitions des oiseaux. La Ligue de Protection des Animaux, quant à elle, est plus tranchée. "La prédation du chat domestique est un phénomène qu’on prend très au sérieux, a-t-elle expliqué à Konbini. Entre 8 à 10 % des animaux blessés accueillis dans les centres de soin LPO ont été victimes de la prédation domestique." Nous, ce qui est sûr, c’est qu’on est pour la protection des chats

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu

* champs obligatoires