"Captain Marvel" : et si l’héroïne était en fait lesbienne ? "Captain Marvel" : et si l’héroïne était en fait lesbienne ?

L'époque en live

"Captain Marvel" : et si l’héroïne était en fait lesbienne ? par Antoine Ferreira-Mendes & Coline Clavaud-Mégevand

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de visiteur Icône utilisée pour page visite

PLUS LUS

Icône de montre Icône utilisée pour voir le temps de lecture de ce contenu

Temps de lecture

4 minutes

Publié le Jeudi 28 Mars 2019

Badass, féministe, puissante… Autant de qualificatifs qui s’appliquent à "Captain Marvel", héroïne du dernier film Marvel actuellement en salle. Mais selon certain.e.s fans, elle serait aussi un personnage lesbien idéal, ce que refuse d’assumer la production. Explications.

Depuis la sortie de Captain Marvel dans les salles le 6 mars 2019, les féministes se réjouissent : enfin une fiction Marvel dont le héros est une héroïne, ultra-puissante de surcroit. Mais d’autres restent sur leur faim. En effet, selon eux.elles, il existe un sous-texte lesbien dans le film, qui concerne Captain Marvel (alias l'ex-pilote de chasse amnésique Carol) et sa "meilleure amie" Maria, qui se retrouvent après plusieurs années de séparation.
 

 


Détournements, tweets, échanges sur les forums… Depuis la sortie du film le 6 mars 2019, les fans du couple Carol-Maria n’en démordent pas. C’est ce qu’on appelle un ship, ces relations amoureuses qui dérogent au scénario initial, et sont alimentées par les fans d’œuvres pop culturelles. Il faut dire que tous les indices sont là, comme le rappelle Captain, spécialiste de comics qui se cache derrière le blog Themiscyra Comics : "Ces deux femmes ont passé énormément de temps ensemble, aussi bien en tant que pilotes dans l’armée que dans leurs loisirs. Elles vivaient sous le même toit, avec la fille de Maria. Les nombreuses photos que la petite Monica présente à Carol montrent qu’elles étaient ensemble pour Halloween, Noël, et à quel point elles formaient toutes les trois une famille. Sans compter que le jeu des actrices traduit une relation intense". Rires complices, regards appuyés, hugs… Les deux femmes semblent en effet en osmose, sans que leur lien ne soit qualifié autrement qu'amical. Pourtant, "dans n’importe quel film mettant en scène un homme et une femme avec un tel passé et une telle alchimie, le couple serait officiel", regrette la spécialiste, qui y voit une opportunité manquée, malgré les promesses des studios. 

Mais où sont les personnages LGBTQI+ ?

Géant vert, magicienne qui déplace les objets du bout des doigts ou robots volants, l’univers Marvel ne semble avoir aucune limite. Sauf quand il s’agit de mettre à l’écran des personnages lesbiens, gays, bi ou trans… Il faut dire que, côté public, tout le monde ne vote pas en faveur de l’inclusivité. "Captain Marvel est la première héroïne à avoir son propre film solo dans le MCU (Marvel Cinematic Universe, ndlr), et un certain nombre d’hommes voient ça comme de la ‘diversité forcée’, à l’image de Black Panther, note Captain, de Themiscyra Comics. Dès l’annonce du nom de l’actrice et avant même qu’elle ne se soit exprimée sur le film, les messages de haine ont commencé. ‘Elle ne sourit pas’, ’Elle est moche’..."
 

 


Côté production, on est aussi frileux. Pourtant, en juin 2018 et mars 2019, Marvel Studios avait promis des personnages LGBTQI+ dans ses prochains films… Mais a pourtant raté le coche avec Captain Marvel. "Il est très irritant de constater les opportunités en or manquées, s’agace l'autrice de Themiscyra Comics. Le MCU met en scène des couples hétéros dans pratiquement chacun de ses films, et ici, il avait l’occasion de mettre en avant une famille homoparentale, en ajustant très peu le film." Une plantade qui n’est pas due au hasard, selon la spécialiste : "Je soupçonne très fortement l’équipe du film d’avoir vu le potentiel du couple et d’avoir insisté sur les termes ‘meilleures amies’ pour éviter toute ambiguïté. Je vois un acte de lesbophobie dans le fait de ne pas avoir saisi une telle opportunité".
 


Un problème particulièrement visible dans Captain Marvel, mais qui est récurrent à Hollywood, adepte de ce double jeu de l'"inclusif, mais pas trop". Dernier exemple en date : une scène entière de Rocketman, le biopic d’Elton John prévu pour mai 2019, devrait être coupée au montage car jugée "trop gay" par la production, rapportait fin mars Vanity Fair. Quant à Bohemian Rapsody, oscarisé en février dernier, il avait été très critiqué au sein de la communauté LGBTQI+, pour avoir refusé d’aborder la question de la séropositivité de Freddie Mercury.

Inclure des personnages LGBTQI+ et représenter fidèlement leurs réalités dans la pop est pourtant nécessaire, rappelle Captain. Qui refuse que ceux-ci apparaissent à l’écran seulement si le scénario l’exige. "On ne demande aucune justification aux couples hétéros pour être représentés. On souhaite le même traitement. Je réfute complètement la doctrine qui veut que l’orientation d’un personnage et sa situation amoureuse soient conditionnées à une utilité narrative. On a simplement le droit d’avoir des personnages qui nous ressemblent." Après le casting quasi-exclusivement noir de Black Panther et celui, très féminin, de Captain Marvel, il est temps pour l'univers de s'ouvrir encore.

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu

* champs obligatoires