Bye bye "body positivity" et bonjour "body neutrality" Bye bye "body positivity" et bonjour "body neutrality"

L'époque en live

Bye bye "body positivity" et bonjour "body neutrality" par Ophélie Manya

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de visiteur Icône utilisée pour page visite

PLUS LUS

Icône de montre Icône utilisée pour voir le temps de lecture de ce contenu

Temps de lecture

3 minutes

Publié le Jeudi 26 Juillet 2018

À l’heure du "bikini body" ou autres "beach body ready", la pression exercée sur le corps de la femme est à son paroxysme. Mais c’était sans compter la body neutrality.

Si la body neutrality existe depuis plusieurs mois, elle ne cesse de prendre de l’ampleur sur les réseaux sociaux, jusqu’à bientôt évincer le hashtag body positivity. En tout cas, c’est ce que l’on espère. Et on vous explique pourquoi : le problème avec la body positivity, c’est qu’elle impose une sorte d’injonction à aimer son corps. Alors que, l’amour de soi, demande du temps et de l’énergie pour être atteint.

Autumn Whitefield-Madrano, auteure de Face Value: The Hidden Ways Beauty Shapes Women’s Lives résume ce mal par ces mots : "Le problème avec l’amour du corps, en plus du fait qu’il s’agit de très hauts standards, c’est que l’on demande aux femmes de réguler leurs émotions en plus de leur corps. Je ne vois pas cette pression retomber de sitôt". Aimer son corps, quand on est mal à l’aise avec lui, c’est long. Et c’est normal. Surtout lorsqu’on a été constamment mis face à des canons de beauté minces, musclés et typés européens pendant des décennies. À en croire l’article de Kiyémis publié sur Buzzfeed, les choses n’ont pas grandement changé avec le mouvement body acceptance ou body positivity, puisque des figures emblématiques du mouvement comme Ashley Graham sont "valorisées parce que répondant à l’attrait du regard masculin", au détriment des femmes aux corps moins sculptés : "Par contre, impossible de gratter des likes sur une photo de gras du dos, de bide qui pendouille ou de cuisses qui se frottent !".

C’est l’une des raisons pour lesquelles la body positivity a été rejeté au deuxième plan au profit de la body neutrality, qui n'impose rien. Alors, qu’est-ce que c’est ? Annie Poirier, directrice du programme body neutrality l’explique ainsi : "Il y a tout un mouvement qui nous dit qu'il faut aimer son corps. Mais il y a un creux énorme entre l'insatisfaction et l'acceptation totale. Certaines personnes vont donc tomber dans la neutralité du corps. C’est un terme qui définit une zone au centre". C’est un état d’esprit, un juste milieu entre la détestation de soi et l’acceptation de son corps, qui permet de se concentrer sur des choses qui nous font se sentir bien.

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu

* champs obligatoires

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies pour disposer de services fonctionnels et d’offres adaptés à vos centres d’intérêts, dans le respect de notre politique de confidentialité. Cliquez ici pour en savoir plus