"Bordel de mères", le compte Instagram qui dénonce la charge maternelle "Bordel de mères", le compte Instagram qui dénonce la charge maternelle

L'époque en live

"Bordel de mères", le compte Instagram qui dénonce la charge maternelle par Christelle Murhula

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de visiteur Icône utilisée pour page visite

PLUS LUS

Icône de montre Icône utilisée pour voir le temps de lecture de ce contenu

Temps de lecture

3 minutes

Publié le Lundi 22 Avril 2019

Après la charge mentale, voici venue la "charge maternelle". Qu'est-ce ? Tout simplement les pressions que les femmes subissent autour du désir (ou non) de maternité. Ce compte instagram a pris un malin plaisir à les dénoncer.

"T’aimes pas les enfants ?", "Ce n’est pas normal pour une femme !", "Tu changeras d’avis". Quelle femme n’ayant aucun désir de maternité n’a pas entendu ces phrases ? Pour ouvrir le débat et changer les mentalités, la journaliste et autrice Fiona Schmidt a créé le 13 avril 2019 le compte Instagram @BordelDeMeres, appelé Lâchez nous l’utérus, afin de dénoncer les pressions que subissent les femmes sur le potentiel désir de maternité.

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

La charge maternelle, c’est ça. ???????? #lâcheznouslutérus

A post shared by ????Lâchez-nous l’utérus???? (@bordel.de.meres) on

Pour la définir, la journaliste a inventé un concept : la charge maternelle. Ou l’injonction à devenir une mère parfaite ou à devenir mère tout court. Elle l’explique dans un texte publié dans sa newsletter comme "la somme des pressions et préjugés au sujet de la maternité que toutes les femmes intègrent dès l’enfance et qui présentent la mère épanouie et bienveillante comme une norme".

Avec l’aide de sa propre expérience et de témoignages, ce compte réussit à balayer plusieurs injonctions liées à la maternité. Ce qui a été le cas par exemple, d’une femme ayant consulté un pédopsychiatre à l’âge de 8 ans car ses parents ne comprenaient pas pourquoi elle n’aimait pas “jouer à la maman”. Ou encore d'une autre qui, à 21 ans et en couple depuis 4 ans, reçoit une pression monstre de la part de son entourage demandant "pour quand arrive le bébé".

Une autre forme de charge mentale qui pèse sur les femmes. Puisque bien évidemment, la contrainte à la parentalité qui pèse sur les hommes est bien moindre.

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu

* champs obligatoires