#Balancetonmedecin : sur Twitter le hashtag qui dénonce le racisme dans le corps médical #Balancetonmedecin : sur Twitter le hashtag qui dénonce le racisme dans le corps médical

L'époque en live

#Balancetonmedecin : sur Twitter le hashtag qui dénonce le racisme dans le corps médical

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de visiteur Icône utilisée pour page visite

PLUS LUS

Icône de montre Icône utilisée pour voir le temps de lecture de ce contenu

Temps de lecture

3 minutes

Publié le Mardi 5 Novembre 2019

Sur Twitter, le hashtag #Balancetonmédecin dénonce les discriminations raciales subies au sein du corps médical. Et les témoignages sont aussi choquants que les propos qui ont fait naître le mot-dièse.

En ce moment sur Twitter, on observe une libération de la parole des patients médicaux racisés. Avec #Balancetonmedecin, créé sur le même modèle de #Balancetonporc, les témoignages d'expériences de discriminations raciales subies lors de visite médicale se multiplient. Résultat : nombreux sont ceux qui réalisent partager les mêmes douloureuses anecdotes entre mauvais diagnostics, peur ou encore honte de se rendre chez le médecin.

Le mythe du syndrome méditerranéen qui persiste
Au commencement de ce hashtag : un thread publié le 2 novembre 2019 par une médecin généraliste twittant sous le pseudonyme de Jaddo. Sur Twitter, elle explique être "agacée" depuis plusieurs années par une patiente d’origine arabe, âgée d’une cinquantaine d’année, qui ne maîtrise pas le français et qui peine à expliquer ses symptômes : "J’ai réalisé que j’ai moins qu’il y a une patiente que j’ai moins bien soigné à cause de son origine ethnique", a-t-elle tweeté, avant d’avouer qu’elle aurait eu "plus d’empathie" si celle-ci était Blanche. Sur son blog, le discours devient plus méprisant. "Je la voyais dans la salle d’attente que je la détestais déjà. Elle parle trois mots et demi de français", écrit-elle, "Elle est obèse, inexaminable. Elle met une bonne demi-heure à enlever 54 couches de vêtements".

Depuis, la praticienne a supprimé ses tweets avant de présenter ses excuses : "Je suis profondément désolée d’avoir été violente. Je vous remercie de m’avoir signalé que je l’avais été", peut-on désormais lire sur son compte. Mais la colère et l’indignation des concernés ne passe pas, conscients que le traitement raciste est une réalité.

Si #Balancetonmedecin permet d'exterioriser des vécus traumatisants, le hashtag est aussi un moyen de mettre en lumière un problème persistant dans le milieu médical : le syndrome méditerranéen. Derrière cette appellation aux apparences scientifiques se cache une pratique raciste selon laquelle les patients originaires des pays méditerranéens auraient tendance à exagerer leur douleur à cause de leur culture... Problème : cette croyance fondée sur des stéréotypes a un impact sur les diagnostics et sur la santé des patients concernés. En 2018, la mort de Naomi Musenga a rappelé que ce phénomène tue. La femme noire n’avait pas été prise au sérieux par une opératrice du SAMU alors qu'elle demandait une intervention. Une affaire qui avait déjà permis de mettre en lumière un concept stigmatisant qui, de nos jours, continue d’exister.

Ophélie Manya

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu

* champs obligatoires