Attention, un mème pourra bientôt vous coûter 27 000 € Attention, un mème pourra bientôt vous coûter 27 000 €

L'époque en live

Attention, partager un mème pourra bientôt vous coûter 27 000€ par Anthony De Pasquale

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de visiteur Icône utilisée pour page visite

PLUS LUS

Icône de montre Icône utilisée pour voir le temps de lecture de ce contenu

Temps de lecture

1 minute

Publié le Vendredi 1 Novembre 2019

La Chambre des représentants des États-Unis vient de voter une nouvelle loi qui permettra aux artistes, photographes et aux créateurs de déposer une plainte pour violation des droits d’auteur sur les images qu’ils ont produites et qui ont ensuite été utilisées sans leur permission.

Vous rappelez-vous de l'époque où poster un mème pouvait seulement vous coûter quelques abonnés ? Cette période pourrait être bientôt révolue. La semaine dernière, la Chambre des représentants des Etats-Unis a voté une nouvelle loi protégeant les artistes. Intitulée "the Copyright Alternative in Small-Claims Enforcement (CASE) Act" mais très vite renommée en "loi anti-mème", elle permettra aux artistes, photographes et aux créateurs de déposer une plainte pour violation du droit d’auteur sur les images qu’ils ont produites et qui ont été utilisées sans leur consentement. Un délit qui pourra vous coûter 30 000$ (27 000€) si vous vivez aux Etats-Unis et que vous volez l'image de quelqu'un d'autre. 

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

It be like that ????

Une publication partagée par Memes.com (@memes) le

En réalité, comme le rappelle le magazine Dazed, il est déjà possible de poursuivre quelqu'un en justice pour une violation des droits d'auteur aux Etats-Unis. Cependant, le coût d’une action en justice en Amérique dissuade souvent les gens. Cette nouvelle loi tend à rendre les procédures plus souples et moins onéreuses. Du côté de l'Europe, après trois années de bataille acharnée entre les géants du net et les auteurs, le Parlement européen a adopté en mars dernier une législation permettant aux éditeurs, médias et artistes d'obtenir une rémunération auprès des plateformes internet pour la mise en ligne de leurs productions.

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu

* champs obligatoires