Astrologie : pourquoi certains signes ont-ils la cote plus que d’autres ? Astrologie : pourquoi certains signes ont-ils la cote plus que d’autres ?

L'époque en live

Astrologie : pourquoi certains signes ont-ils la cote plus que d’autres ? par Sophie Laroche

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de visiteur Icône utilisée pour page visite

PLUS LUS

Icône de montre Icône utilisée pour voir le temps de lecture de ce contenu

Temps de lecture

5 minutes

Publié le Lundi 10 Juin 2019

Pour beaucoup, l’astrologie se résume à l’étude du signe solaire pour évaluer la compatibilité entre deux personnes. Si cette pratique est souvent abordée avec légèreté, il en découle aussi quelques abus...

Quand on lui parle de son signe astrologique, Cyrielle, productrice, rigole mais elle en a gros sur la patate. Cyrielle est gémeaux et un peu agacée que des inconnus lui rétorquent que son signe fasse d’elle quelqu’un de peu recommandable."Les férus d’astrologie me jugent souvent quand je leur dis que je suis gémeaux. On me lance un regard complice qui sous-entend : 'Je sens la personne compliquée ou schizo'. Ça me met toujours mal à l’aise même si ça m’arrive rarement". Un sentiment partagé par Romain*, journaliste, qui se souvient encore de son premier jour de travail. "Lorsque j'ai dit que j'étais gémeaux, j'ai remarqué une sorte de recul physique de la part de deux collègues. Même si c'était dit sur le ton de l'humour, j'ai senti qu'il y avait tout de même un sous-texte très sérieux. Je l'ai presque pris comme un reproche et surtout, ça m'a vexé d'être réduit à mon signe, comme si les gémeaux étaient tous les mêmes." A l’heure des réseaux sociaux et des mèmes en série, l’astrologie a été saisie par les millennials (grands fans d'horoscope) comme un moyen de s’explorer et de se comprendre hors des spiritualités traditionnelles et restrictives. Malgré ses vertus, sa pratique n’échappe pas aux stéréotypes. C’est ainsi que certains signes astrologiques, à cause d’un ex- traumatisant, d’une idée reçue ou des mœurs du moment, se voient quelques peu dépréciés. Il est temps de leur rendre justice.


Une longue histoire de bashing

"Les scorpions sont le mal incarné", "Les capricornes sont glacials", "Les gémeaux sont des menteurs"… Ces affirmations n’ont pas attendu internet pour être formulées. En effet, l’observation du ciel et l’astrologie qui en découle ont de tout temps existé, et si la crédibilité de ce savoir a varié au fil des années, il y a toujours eu des signes plus ou moins bien perçus en fonction des époques. Marie Sélène, astrologue et créatrice du podcast Invente ton Ciel évoque avec nous le cas des scorpions, ce signe à la réputation sulfureuse. "Le scorpion, c’est un signe qui va dans les profondeurs et qui voit au-delà des apparences. Avant, ce signe était mal vu car il y avait beaucoup de non-dits, de secrets de famille. Il fallait se taire et rester dans la politesse. Or, le scorpion ne voit pas où est le problème avec le fait de dire les choses. Il a donc été marginalisé et perçu comme un occultiste. Quand Pluton, sa planète maîtresse est entrée dans le signe du scorpion en 1984, ça a d’ailleurs changé les choses et donné toute une génération de personnes plus à l’aise avec l’idée de s’exprimer. Il y a plus d’entrepreneurs qui travaillent avec ces sujets-là (le tarot, l’astro) ou de personnes qui vont chez le thérapeute quand il y a un problème alors que c’était une honte pour nos parents."

Mais à l’heure actuelle, c’est le gémeaux qui semble remporter la palme du signe le moins apprécié du zodiaque. Il n’y a qu’à jeter un œil sur Twitter et au hashtag #notallgeminis pour le comprendre. Ce que l’on reproche à ce signe dont on s’accorde pourtant à dire qu’il est celui des génies, c’est sa versatilité, sa légèreté et son besoin constant de variété et de nouveauté, qui en fait, pour certains, quelqu’un de superficiel, voire de menteur."On est dans une ère qui est très 'control freak'. On est beaucoup sur nos téléphones, on piste les gens, on sait ce qu’ils font. Or, le gémeaux est à l’opposé de cela. Lui, il s’en fout, il vit son truc et il ne se prend pas la tête. Le gémeaux, c’est les idées qui fusent dans tous les sens. Quand on essaie d’être dans le contrôle, c’est très compliqué avec un gémeaux" nous explique Marie Sélène qui voit ici une des raisons potentielles au rejet de ce signe, tout en précisant qu’elle trouvait cela "un peu bête".

Les astrologues se rebellent

Et notre spécialiste n’est pas la seule à estimer ces jugements de valeur basés sur le signe assez peu pertinents. Récemment, l’astrologue Annabel Gat, connue pour son travail au sein du média américain Vice, a tenu à rappeler que «l’astrologie est un savoir utilisé pour trouver un sens au monde qui nous entoure, pas une excuse pour stéréotyper un ami potentiel, un date ou des colocataires". Ce coup de gueule fait suite à un fait divers qui avait secoué Twitter en avril dernier: le cas d’une jeune femme qui s’est vu refuser une place dans une colocation à cause de son signe astrologique (capricorne), mais aussi à la capitalisation astrale dont font preuve certaines applications de rencontre comme Bumble qui permet de filtrer les utilisateurs en fonction de leur signe. Pour elle, cette façon de trier les personnes est aussi discutable sur le plan humain qu’elle l’est sur le plan astral puisque le signe solaire sur lequel certains basent leur jugement ne constitue "qu’une seule pièce d’un plus grand puzzle ".

En effet, si ce dernier donne des informations sur la personnalité de quelqu'un, l’astrologie s’avère bien plus complexe que cela. "Le signe solaire est super important car c’est notre quête identitaire, notre rayonnement et comment les autres nous perçoivent" nous explique Marie Sélène, "cependant, le signe lunaire est aussi important car il correspond à notre intériorité, la façon dont on réagit émotionnellement et puis il y a aussi l’ascendant, le moi spontané. Quand on a ces trois polarités là, qui sont aussi importantes les unes que les autres, ça fait déjà un savant mélange qu’on ne peut pas résumer au soleil." Autrement dit, deux personnes partageant le même signe n’auront pas forcement beaucoup de points communs, ce qui prescrit tout jugement de valeur trop hâtif.

Cependant, s’il existe quelques dérives, il ne faut pas basculer dans la parano. En effet, quand on en saisit sa complexité, l’astrologie reste un excellent moyen de rire, de se divertir, de dédramatiser et de créer du lien social que ce soit sous forme de mèmes sur Internet ou d’interactions quotidiennes comme nous l’explique Victoria, graphiste: "Je ne peux pas m’empêcher de demander le signe des personnes qui m’entourent. Cela permet de discuter de sa personnalité et de son histoire de façon plus légère et extérieure que si on abordait certains sujets de but en blanc. C’est seulement un moyen amusant d’en apprendre plus sur une personne". Une idée partagée par Marie Sélène : "On se prend tellement la tête dans nos relations au quotidien, l’astrologie permet de regarder les choses d’en haut et de voir qu’il y a pleins de ponts entre les gens." Au final, les astres nous rassemblent plus qu’ils nous divisent, alors vous l’aurez compris: faites des mèmes, pas la guerre.

 

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu

* champs obligatoires