Ariana Grande : la chanteuse est-elle devenue une artiste hip-hop noire ? Ariana Grande : la chanteuse est-elle devenue une artiste hip-hop noire ?

L'époque en live

Ariana Grande est-elle en train de se transformer en artiste hip-hop noire ?

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de visiteur Icône utilisée pour page visite

PLUS LUS

Icône de montre Icône utilisée pour voir le temps de lecture de ce contenu

Temps de lecture

5 minutes

Publié le Mercredi 27 Février 2019

Fraîchement récompensée par un Grammy pour son album "Sweetener" et auréolée du succès de "Thank U, Next", son tout dernier opus, Ariana Grande fait parler d’elle. Mais pas seulement pour son talent : son curieux changement de carnation et ses nouveaux codes hip-hop font actuellement polémique…

Fin janvier 2019, Ariana Grande dévoilait son titre 7 Rings, extrait de son album nouvel album, Thank U, next. Mais aussi son clip, filmé dans un décor qui n’est pas étranger aux fans du rappeur 2 Chainz : la Pink Traphouse, une maison rose construite en juin 2017 pour marquer la sortie de son album Pretty Girls Like Trap Music. Pourtant, il ne s’agit pas de celle-ci dans la vidéo, mais bien d’une copie soignée jusque dans les plus petits détails.

 

Dans le clip, Ariana Grande semble avoir eu un souci de fond de teint trop foncé, ou un accident d’UV, c’est selon... De quoi rappeler l’affaire du blackfishing qui avait scandalisé la Toile en novembre 2018. Cette pratique, qu’on doit à certaines influenceuses Instagram blanches, consiste à s’approprier les codes esthétiques des femmes noires : couleur de peau foncée à coups de fond de teint, cheveux texturés et baby hair, looks urbains et attitudes marquées… Même méthode, donc, pour la chanteuse, qui fait sienne une esthétique associée, dans l’imaginaire collectif, aux artistes R&B et rap afro-descendantes, de Lil Kim à Beyoncé (pour ne citer que les plus connues).

Traduction : "Ariana fonce à 100% son teint et rien que vous ne puissiez dire pourra me convaincre du contraire. Elle VEUT que les gens voit une ambiguité raciale. Sinon, elle aurait arrêté d'utiliser la luminosité de ses clips pour paraitre plus foncer qu'elle n'est réellement dès lorsqu'on l'a accusée de blackface la première fois."

Une stratégie bien huilée

Le problème ? Cette nouvelle version d’Ariana, de plus en plus foncée à chaque intervention publique, se voit prêter des origines sud-américaines voire afro-américaines par une partie du public, alors que ses ancêtres sont… Italiens. Elle installe donc bien une ambiguïté raciale et s’invente une expérience ethnique, mais sans subir les stigmates qui y sont liés. Car une fois passée l’étape du démaquillant, il n’y a plus aucun doute sur sa couleur de peau et les privilèges qui y sont associés.

Traduction : "Ariana Grande profite de la culture noire avec sa peau bronzée et l'utilisation de l'anglais vernaculaire afro-américain. Ses chansons sont cools, mais il est urgent que quelqu'un s'occupe d'elle."

L’objectif de ce blackface sournois est en effet marketing : Ariana Grande, artiste blanche, peut compter sur le soutien du public et des médias, qui vont par contre présenter régulièrement les artistes noires comme vulgaires et "ghetto". Un procédé dont d’autres stars se sont fait reines, comme Kylie Jenner et Kim Kardashian. Cette dernière étant capable de passer de femme noire en Une d’Interview, magazine culturel pointu, à femme blanche, en couverture du prestigieux titre économique Forbes.

 

Ophélie Manya avec C.C-M.

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu

* champs obligatoires