Alimentation : les poussins mâles continueront à être broyés Alimentation : les poussins mâles continueront à être broyés

L'époque en live

Alimentation : les poussins mâles continueront à être broyés par Tess Annest

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de visiteur Icône utilisée pour page visite

PLUS LUS

Icône de montre Icône utilisée pour voir le temps de lecture de ce contenu

Temps de lecture

4 minutes

Publié le Lundi 28 Mai 2018

Ces 26 et 27 mai 2018, l’Assemblée Nationale a planché sur plusieurs points de la loi sur l’alimentation et l’agriculture. Après des débats houleux, quelques mesures importantes ont été adoptées, mais finalement, on est carrément déçus. Explications.

Depuis le 22 mai 2018, l’Assemblée Nationale étudie les différentes propositions de la loi #EGalim, le projet de loi agriculture et alimentation. Un texte censé promouvoir une nourriture saine et respectueuse de l’environnement. Problème : depuis deux jours, la plupart des points importants sont refusés. Alors, en quoi consistera vraiment cette loi ? Tour d’horizon.

#1 Le "doggy bag" obligatoire dans les restaurants
Véritable institution aux Etats-Unis, il n'est pas encore rentré dans les mœurs en France. Ce sera désormais chose faite. D’ici à 2021, tous les restaurants français devront mettre à disposition des "doggy bag", contenants permettant aux clients de repartir avec les restes de leur repas. Le but étant de lutter contre le gaspillage. Première (et quasi seule) bonne nouvelle.

#2 Davantage de bio dans les cantines
C’était l’une des promesses de campagne du candidat Macron, c’est à présent l’un des points clé de la loi agriculture et alimentation : le bio dans les cantines scolaires sera obligatoire en 2022. Au moins 50% des produits proposés aux enfants devront donc être issus de l’agriculture biologique. Et d’ici là… ils n’ont qu’à prendre leur mal en patience !

 #3 Nutri-Score ne sera pas obligatoire
Nutri-Score, le logo anti-malbouffe apposé sur certains plats cuisinés, ne sera finalement pas obligatoire. A notre grand regret, les amendements allant dans le sens de l’étiquetage obligatoire des produits transformés ont tous été refusés. Continuons donc à manger trop gras, trop sucré et trop salé les yeux fermés.

#4 Les contenants en plastique survivent
Les Insoumis et les députés de La République en Marche ont cherché à interdire les contenants en plastique dans les cantines contre les perturbateurs endocriniens. Un amendement qui a agité l’hémicycle une bonne partie du weekend, mais qui n’a finalement pas été retenu. Petit rappel : la loi doit promouvoir le respect de l’environnement.

#5 Les pubs alimentaires peu saines persistent
Alors qu’un enfant sur six est en surpoids en France, les députés viennent de refuser d’inscrire dans la loi l’interdiction des pubs pour des produits alimentaires trop gras, trop sucrés ou trop salés à destination des enfants. Nous allons donc tranquillement continuer à élever nos enfants aux couleurs de Mc Do…

#6 Le broyage des poussins (et autres absurdités) toujours autorisé
Si l’Assemblée nationale a donné son feu vert pour un doublement des sanctions en cas de maltraitance animale ainsi qu’à la création d’un nouveau délit visant à réprimer cette maltraitance dans les transports et les abattoirs, il semblerait qu’elle continue à fermer les yeux sur certains autres problèmes. Les amendements concernant l’interdiction de la castration à vif des porcelets et le broyage des poussins mâles ont quant à eux été rejetés. Mais qu’est-ce qui cloche à l’Assemblée ? M*** !

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu

* champs obligatoires

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies pour disposer de services fonctionnels et d’offres adaptés à vos centres d’intérêts, dans le respect de notre politique de confidentialité. Cliquez ici pour en savoir plus