90 personnalités signent une tribune et dénoncent "la haine des musulmans" 90 personnalités signent une tribune et dénoncent "la haine des musulmans"

L'époque en live

90 personnalités signent une tribune et dénoncent "la haine des musulmans" par Tess Annest

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de visiteur Icône utilisée pour page visite

PLUS LUS

Icône de montre Icône utilisée pour voir le temps de lecture de ce contenu

Temps de lecture

3 minutes

Publié le Mercredi 16 Octobre 2019

Après l’agression d’une mère voilée par un élu régional du Rassemblement National, 90 personnalités publiques, dont Omar Sy et Marina Foïs, dénoncent la stigmatisation des musulman.e.s en France et appellent Emmanuel Macron à "condamner publiquement" cette agression.

"Jusqu’où laisserons-nous passer la haine des musulmans ?" s’interrogent 90 personnalités françaises après la violente agression d’une mère voilée par un élu régional du Rassemblement National dans une tribune parue le 15 octobre 2019 dans Le Monde. Venue accompagner son fils en sortie scolaire, elle a été prise à partie par Julien Odul devant le Conseil régional de Bourgogne-Franche-Comté, rempli ce jour-là d’enfants de CM2, âgés d’à peine 10 ans. "Madame la Présidente, je vais vous demander, s’il vous plaît, au nom de nos principes laïcs, de bien vouloir demander à l’accompagnatrice qui vient d’entrer dans cette salle de bien vouloir retirer son voile islamique. Nous sommes dans un bâtiment public, nous sommes dans une enceinte démocratique. Madame a tout le loisir de garder son voile chez elle, dans la rue, mais pas ici, pas aujourd’hui. (…) C’est la République, c’est la laïcité. C’est la loi de la République, pas de signe ostentatoire. (…) C’est une provocation insupportable, la vigilance citoyenne, c’est aussi ça, madame la Présidente", a -t-il déclaré. Un discours inacceptable qui relance le débat sur le port du voile lors des sorties scolaires et qui fait place à de nombreux propos racistes et haineux. "Cette scène, ces mots, ce comportement sont d’une violence et d’une haine inouïes. Mais par notre lâcheté, par nos renoncements, nous avons contribué, petit à petit, à les laisser passer, à les accepter" écrivent les signataires de la tribune avant de rappeler qu’"ils le sont encore plus pour le fils de cette femme, qui a assisté, impuissant, à l’humiliation de sa propre mère".

Le collectif, qui réunit Omar Sy, Marina Foïs, Malik Bentalha, Céline Sciamma ou encore Nekfeu, se demande donc "jusqu’où nous laisserons passer la haine des musulmans" et rappelle, qu’en France, l’extrême droite n’a "pas le monopole de la haine contre les musulmans". "Des membres de la droite et de la gauche dites républicaines n’hésitent pas à stigmatiser les musulmans, et en premier lieu les femmes portant le voile, souvent au nom de la laïcité", rappellent-ils. D’ailleurs, il vise aussi directement Jean-Michel Blanquer, le ministre de l’Éducation nationale, qui a déclaré sur BFMTV que "le voile n’est pas souhaitable dans notre société". "N’est-ce pas ici l’illustration même d’une stigmatisation assumée jusqu’au plus haut niveau de l’État ?". Les signataires s’interrogent. Et interpellent directement Emmanuel Macron en lui demandant de "condamner publiquement l’agression dont cette femme a été victime devant son propre fils ; de dire, avec force, que les femmes musulmanes, portant le foulard ou non, et les musulmans en général ont toute leur place dans notre société ; de refuser que nos concitoyens musulmans soient fichés, stigmatisés, dénoncés pour la simple pratique de leur religion et d’exiger solennellement que cessent les discriminations et les amalgames envers une partie de notre communauté nationale". Il en va de l’avenir de notre pays", concluent-ils/elles. Jusqu’ici, le Président de la République n’a pas réagi, ne condamnant ainsi pas les propos de Julien Odul.

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu

* champs obligatoires