6 ans après le mariage pour toutes et tous, les mentalités n’ont pas vraiment évolué 6 ans après le mariage pour toutes et tous, les mentalités n’ont pas vraiment évolué

L'époque en live

6 ans après le mariage pour tou.te.s, l'égalité des droits est loin d'être gagnée par Antoine Ferreira-Mendes

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de visiteur Icône utilisée pour page visite

PLUS LUS

Icône de montre Icône utilisée pour voir le temps de lecture de ce contenu

Temps de lecture

3 minutes

Publié le Mercredi 24 Avril 2019

6 ans après la loi Taubira, le bilan semble positif pour les personnes LGBTQI+. Et si on ne boude pas notre satisfaction en ce jour anniversaire, en y regardant de plus près, il reste encore un long chemin pour atteindre l'égalité...

Le 20 avril 2013, la loi Taubira, permettant aux personnes de même sexe de se marier et d'adopter, a été votée en France. 331 députés se sont exprimé.e.s en faveur du texte, mais côté citoyen.ne.s, il n'a pas fait l'unanimité. Les militant.e.s de 'La manif pour tous' ont en effet manifesté durant de longs mois, exprimant des discours de haine dans les médias, ce qui a fait exploser les violences envers les personnes LGBTQI+. Le rapport annuel de SOS Homophobie, publié le 13 mai 2014 et concernant l'année de mobilisation contre le texte, recensait ainsi deux fois plus d'agressions physiques en France.

Pourtant, selon une étude états-unienne publiée le 15 avril 2019 sur le site de la revue Proceedings of the National Academy of Sciences démontre, ce type de législation a bien un impact positif sur la conscience collective à long terme. Ce travail, fondé sur les réponses de 960 000 habitant.e.s d'Etats où le mariage gay a été autorisé avant 2015 (date à laquelle la Cour Suprême l'a fait adopter partout), montre en effet que la loi a permis de réduire les préjugés envers les personnes LGBTQI+. “Les chercheurs ont découvert que, depuis la légalisation du mariage gay, les préjugés envers les personnes LGBTQI+ ont été divisés par deux, ce qui indique l’importance du rôle de la législation gouvernementale", détaille le compte-rendu de l’étude.

Les lois permettent donc bien de faire avancer les choses, mais les discriminations envers les personnes LGBTQI+ persistent dans le monde entier... Y compris là où elles ont été votées. Outre-Atlantique, le jeune états-unien Nigel Shelby, victime de harcèlement en raison de son homosexualité, s’est suicidé samedi 20 avril 2019. Et en France, dimanche 31 mars 2019, l’agression transphobe de Julia, en pleine place de la République, a démontré que les personnes LGBTQI+ étaient toujours en danger chez nous.

Logique, quand on sait que les textes officiels donnent certains droits, mais continuent parallèlement de discriminer. Toujours en France, cela fait 6 ans que la loi Taubira a été votée et donc 6 ans que l’ouverture de la PMA aux couples de lesbiennes et aux femmes seules n’est qu’une promesse sans cesse reportée. Les personnes trans, mais aussi intersexes, sont également de grandes oubliées des pouvoirs publics. De quoi inspirer le magazine Têtu, qui publiait aujourd'hui une tribune intitulée "Mariage pour tous, 6 ans après : l’égalité inachevée", dans laquelle on peut lire : "La persistance de discriminations dans la loi nourrit les violences à l’encontre des personnes LGBT et des familles. Ne pas y mettre fin contribue activement à entretenir ces violences".

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu

* champs obligatoires