53% des 18-30 ans ont déjà été victimes de cyberharcèlement 53% des 18-30 ans ont déjà été victimes de cyberharcèlement

L'époque en live

53% des 18-30 ans ont déjà été victimes de cyberharcèlement par Tess Annest

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de visiteur Icône utilisée pour page visite

PLUS LUS

Icône de montre Icône utilisée pour voir le temps de lecture de ce contenu

Temps de lecture

2 minutes

Publié le Lundi 21 Janvier 2019

C’est un vaste problème auquel s’attaquent 20 Minutes et OpinionWay. Ils viennent de publier une toute nouvelle enquête sur le cyberharcèlement. Et si leurs conclusions ne sont pas vraiment étonnantes, elles n’en restent pas moins inquiétantes.

Pour les besoins de leur dernière enquête sur le cyberharcèlement, 20 Minutes et OpinionWay ont sondé un panel composé de 808 jeunes, tous âgés de 18 à 30 ans, afin de mieux cerner ce phénomène. Ce qu’ils ont découvert est malheureusement assez révélateur d’une époque qui peine à appréhender les dérives du web. Selon les experts, 53% des 18-30 ans ont déjà été victimes de cyberharcèlement au moins une fois dans leur vie. Un chiffre qui grimpe à 63% chez les 20-24 ans, les jeunes étant le plus souvent confrontés à des insultes (29%), des moqueries (27%) et à de la diffusion de photos compromettantes (21%). Les autres faits les plus courants sont la diffamation (13%), le harcèlement (11%), l’usurpation d’identité (9%) et le revenge porn (2%).

Bien que les Français soient de plus en plus nombreux à délaisser ce réseau social, Facebook reste le haut lieu du harcèlement en ligne, loin devant Messenger, Twitter et Snapchat. Mais attention, ces résultats sont proportionnels au nombre d’utilisateurs et ne sont donc en rien représentatifs du degré de violence. Si c’était le cas, Twitter serait certainement largement en tête du classement. Et contrairement à ce que l’on pourrait croire, les jeunes hommes seraient légèrement plus touchés par le cyberharcèlement que les jeunes femmes (54% vs 51%). En revanche, la tendance s’inverse à l’adolescence, les adolescentes étant d’avantage touchées par ce phénomène à cette période de leur vie (60%).

Aujourd’hui, deux tiers des personnes harcelées sur internet déclarent avoir effectué un signalement, mais 57% d’entre elles estiment que "rien n’a été fait". Plus surprenant : plus d’un tiers des personnes qui se disent victimes avouent avoir déjà été malveillants sur les réseaux sociaux (35%). Un problème de mauvaise prise en charge ? Très certainement.

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu

* champs obligatoires

Cookie Settings