5 questions à se poser avant de choisir le prénom de son enfant 5 questions à se poser avant de choisir le prénom de son enfant

L'époque en live

5 questions à se poser avant de choisir le prénom de son enfant

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de visiteur Icône utilisée pour page visite

PLUS LUS

Icône de montre Icône utilisée pour voir le temps de lecture de ce contenu

Temps de lecture

3 minutes

Publié le Lundi 11 Mars 2019

Même si vous n’êtes pas satisfait du choix de vos parents, ce serait méchant de vous venger sur vos enfants. Réfléchissez calmement et pour vous y aider, voici 5 questions à vous poser.

"Avez-vous décider du prénom ?". Après le sexe de l'enfant, voici sûrement la question la plus récurrente du milieu de grossesse. Il y a les belle-mamans qui donnent leur avis, les ami.e.s qui tentent de deviner et les collègues qui lancent des paris. Mais au bout du compte, vous seul.e.s allaient prendre cette décision. Difficile, vous rappelant parfois l’échec de vos parents quant à votre propre matricule… Pas de panique, quelques questions simples peuvent se poser avant même de vous plonger dans le guide des prénoms.

#1 Ai-je envie d’honorer une tradition ?
Commencer par vous demander si vous, ou votre partenaire, doit respecter des traditions religieuses, d’honorer un membre de la famille ou de rendre hommage au patrimoine culturel de vos aïeux. Pour certains d’entre vous, le champ devrait d’ores et déjà se rétrécir. C’est par ailleurs en partie ce phénomène qui a donné lieu à une recrudescence de prénoms anciens et oubliés, très à la mode aujourd’hui.

#2 Quel est mon style ?
Souvent, les futurs parents désirent se démarquer et piochent allègrement dans les prénoms inhabituels, originaux. Rassurez-vous, nommer votre enfant Aliocha alors que vous n’avez jamais lu Les Frères Karamazov n’est pas un problème. Mais, extravagant ou classique, le prénom de votre enfant parlera de votre style, de vos voyages et de vos références... Ou tout simplement, de vos goûts. 

#3 Est-ce que j'aime répéter ce prénom ?
Si vous avez déjà vu des parents en public avec leurs enfants, vous avez sans doute entendu leur prénom répété encore et encore. Vous aussi, vous allez en passer par là. Alors autant répéter un prénom qui vous sied et ce, dans différentes situations : tendrement ou de manière plus autoritaire.

#4 Ce prénom ne fait-il pas trop enfant ? Adulte, ce prénom lui confèrera-t-il de l’assurance ?
Vous ne faites pas que nommer un bébé. Vous nommez également un adulte. Alors réfléchissez à la façon dont le nom grandira avec l’enfant tout au long de sa vie. Pour les surnoms faites-vous plaisir mais que le prénom officiel puisse passer les années. Simulez que ce soit un collègue qui porte ce prénom, ou même votre boss. Nommer quelqu’un sans le connaitre n’est pas aisé, réaliser de petites saynètes peut s’avérer utile. Pensez également à ne pas faire des jeux de mot avec le nom de famille, cela peut être dur à porter. En revanche, la signification d'un nom peut avoir deux sens : la définition littérale et la signification personnelle liée à l'histoire de la famille ou à autre chose. Si le prénom signifie "guerrier valeureux" en ancien gaélique écossais, ce n’est pas un drame.

#5 Ce prénom comporte-t-il des associations fortes, difficiles à assumer ? Et pensez à l’heure du numérique
Vous souvenez-vous de ce film Le Prénom, adapté de la pièce de théâtre éponyme des réalisateurs Alexandre de La Patellière et Matthieu Delaporte ? (Loin de nous l’idée de vous spoiler mais aller directement au point numéro 5 si vous ne l’avez pas vu). Du coup, assurez-vous que le prénom que vous avez choisi n’est pas, comme dans le film, aussi celui d’un dictateur, en l'occurence Adolf. De la même manière, une connotation trop prestigieuse et positive peut être difficile à porter. Prenons pour exemple le prénom Diana. Cela marche aussi avec des personnages moins célèbres mais aussi problématiques, comme ceux de vos ex partenaires.
De nos jours, les parents peuvent se prémunir de nouveau désagréments liés à l’ère du numérique. Vous pouvez en effet, si vous voulez vous compliquer la vie, pensez à sa future adresse mail. Imaginons que votre nom de famille soit Diot et que vous prénommiez votre enfant Inès. Si son mail est construit avec la première lettre du prénom puis le nom, cela donne idiot@xxx.com. Adèle Mour aura plus de chance sur ce coup là.

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu

* champs obligatoires