ile cover ile slider

L'époque en live

6 îles étranges, où l'on n'a vraiment pas envie d'aller par Sarah Ben Ali

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de visiteur Icône utilisée pour page visite

PLUS LUS

Icône de montre Icône utilisée pour voir le temps de lecture de ce contenu

Temps de lecture

5 minutes

Publié le Lundi 26 Novembre 2018

Le 16 novembre 2018, John Chau, un aventurier américain a été tué sur l’île de North Sentinel en Inde par une tribu de chasseurs-cueilleurs. Une communauté vivant en autarcie et hostile à tout contact avec la civilisation moderne. L’île des Sentinelles n’est pas unique dans son genre. Dans le monde, on compte plusieurs ilots dangereux et sombres où on n’a pas envie d’aller. En voici 6.

#1 L’ île des sentinelles en Inde
C’est le lieu du drame survenu le 16 novembre 2018. Un jeune Américain s’y est rendu dans l’espoir "d’apporter Jésus à ces gens [la tribu des autochtones de l’île]…" C’est en tout cas ce qu’il avait noté dans son journal quelques heures avant sa mort. Sa désillusion était grande. Dès qu’il a été aperçu par les habitants, on lui a tiré dessus à l'arc. Le lendemain, les pêcheurs ont trouvé son corps sur la plage. L’île des sentinelles appartient à l’archipel Andaman en Inde. Ses habitants sont soupçonnés d’être venus d'Afrique et de s’y être installés il y a environ 60.000 ans. On ne connait pas le nombre exact des membres composant la tribu. On les estime à 150. Ce qui est sûr c’est qu’ils ne désirent pas être dérangés. Ne vous bousculez pas…

#2 L’ île de Rameree en Birmanie
L'île de Ramree a été le théâtre d’un fait divers en 1945 qui lui a valu d’être inscrite au Guinness des records comme étant l’endroit où a eu lieu le plus grand massacre d'êtres humains par des animaux. En février 1945 : 1000 soldats japonais s'enfoncent dans la forêt pour fuir l’armée anglaise.  Quand les Anglais sont arrivés le lendemain, ils ne retrouvaient que 20 soldats apeurés. Les autres avaient été tués par des milliers de crocodiles.

#3 L’ île des poupées au Mexique
On a tous un jour éprouvé le besoin de tout laisser tomber et de nous réfugier sur une île isolée. C’est ce qu’a fait le Mexicain Julian Santana Barrera dans les années 50 en se réfugiant sur une petite île oubliée située sur les canaux de la rivière Xochimilco à Mexico. Un jour, la rivière lui ramène le cadavre d’une fillette noyée. Plus tard, il repêchera au même endroit une poupée qu’il accrochera à un arbre en croyant honorer l’esprit de la petite fille. Devenu obsessionnel, il se met à récupérer les poupées qui lui parvenaient par les canaux de la rivière et à les accrocher sur les arbres. C’est ce qu’il fera jusqu'à sa mort en 2001. Inutile de vous préciser que Don Julian a été retrouvé noyé au même endroit que la fillette. Sordide.

 #4 L’ île de Queimada Grande au Brésil
Si vous êtes ophidophobique, vous n’allez pas aimer vous rendre sur cette île au panorama pourtant fort sympathique. La raison ? Il y a tellement de serpent qu'elle a été interdite au public. Seuls les scientifiques y ont accès. On y trouve la densité la plus élevée de serpents les plus vénéneux au monde, soit 1 à 5 serpents par mètre carré. Elle est longée par une plage paradisiaque et une eau cristalline, mais on s’en passera. Sinon regardez où vous mettez les pieds !

#5 L’Île de Poveglia en Italie
Située à côté de Venise, l'île de Poveglia a été le théâtre d'histoires glauques et morbides. Pendant des siècles, on s'en est servi pour isoler les victimes de la peste noire et des épidémies. En 1922, on y installera un hôpital psychiatrique. La légende locale affirme que les patients y voyaient les fantômes des morts. On raconte qu'un docteur y torturait ses patients avant de mourir en tombant du haut du clocher. Fermé en 1968, l'hôpital est aujourd'hui à l'abandon, tout comme l'île, interdite aux visiteurs.

#6 L’île de Guinard en Ecosse
Comme l’Atoll de Bikini aux îles Marshall et l’île Izu au Japon, l’île de Guinard a fait l’objet d’expériences chimiques pendant les années quarante. Les Anglais y ont balancé des bombes chimiques et bactériologiques. En 1986, on l’arrosera de formol pour tenter de la décontaminer. En 1990, l'île a été finalement rouverte au public. Mais on n’a pas hâte de s'y installer !

Sarah Ben Ali

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu

* champs obligatoires

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies pour disposer de services fonctionnels et d’offres adaptés à vos centres d’intérêts, dans le respect de notre politique de confidentialité. Cliquez ici pour en savoir plus