5 bonnes raisons de ne pas aller en vacances en Italie cet été 5 bonnes raisons de ne pas aller en vacances en Italie cet été

L'époque en live

5 bonnes raisons de ne pas aller en vacances en Italie cet été par Ophélie Manya

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de visiteur Icône utilisée pour page visite

PLUS LUS

Publié le Vendredi 3 Août 2018

Comme partout en Europe cet été, l’Italie est touchée par une grosse vague de chaleur. Mais depuis l’arrivée la Ligue du Nord au pouvoir, le pays est aussi traversé par une rafale de xénophobie et de racisme. L'italie, une No-Go Zone potentiellement dangereuse pour les personnes non-blanches ? La preuve par 5.

#1 Les athlètes s’y font agresser
Dimanche 29 juillet 2018, la sportive Daisy Osakue a été victime d’une agression à caractère raciste dans la région du Piémont en Italie. Elle a reçu un œuf dans l’œil gauche. L’impact lui a causé une lésion à la cornée, et a failli mettre en péril sa place aux championnats d’Europe, où l’athlète représente le meilleur espoir dans sa catégorie de lancer du disque.

#2 Le racisme est en hausse
En Italie, le nombre de crimes racistes ont été multipliés par onze en l’espace de quatre ans. En 2012, la police italienne comptait 17 actes racistes, contre 803 en 2016. Les Africains sont le plus souvent victimes de ce racisme, selon les informations publiées dans Le Monde le 13 juin 2018.

#3 Le ministre de l’intérieur cite Mussolini
Le 29 juillet 2018, le ministre de l’intérieur Matteo Salvini a tweeté un hommage Mussolini, créateur du parti fasciste en Italie en 1921 : "Tanti nemici, tanto onore" écrivait-il (tellement d’ennemis, tellement d’honneur en VF), une phrase qui fait référence au slogan de Mussolini "beaucoup d’ennemis beaucoup d’honneur", dans le but de commenter un article publié dans un journal de gauche qui le critiquait.

#4 Les travailleurs honnêtes sont assassinés
Le 2 juin 2018, à Calabre, Soumaïla Sacko, syndicaliste malien de 29 ans, a été tué de plusieurs coups de fusil, dont un dans la tête. Lorsqu’il a été assassiné, il ramassait de la ferraille dans une usine désaffectée pour construire un abri. Soumaïla Sacko était l’une des figures de la lutte contre l’exploitation des travailleurs agricoles africains dans le Sud de l’Italie. Les travailleurs migrants du sud du pays sont entrés en grève pour protester contre sa mort.

#5 Les Noirs vivent un racisme insistant au quotidien
Aly Baba Faye, sociologue et militant antiraciste sénégalo-italien a travaillé pendant cinq ans au cabinet du vice-ministre de l’intérieur. Il a témoigné de son expérience en Italie dans une interview pour les Inrocks parue le 1er juillet 2018 : "Ne serait-ce que monter dans un bus en étant Noir. On perçoit dans les regards, dans les manières de faire qu’on n’est pas à notre place. Autre chose, on nous tutoie constamment.". Aly Baba Faye précise que les agressions de ce genre en Italie sont quotidiennes : "Un jeune Italien à la peau noire qui veut travailler de façon saisonnière pendant l'été est quasi-systématiquement refusé. On lui dit qu’on ne veut pas de Noirs. Et on lui dit tranquillement ! C’est très grave. Et on peut continuer comme ça, s’exprime le sociologue, dans n’importe quel aéroport de ce pays, alors que tu es citoyen italien, donc avec un passeport de l’Union européenne, avec la libre circulation. Tu vas là où passent les Européens. Si tu es Noir ? On te dit 'Non non, va là-bas avec les autres'. Ils n’arrivent même pas à penser qu’on peut être italien avec la peau noire. C’est culturel.".

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu

* champs obligatoires

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies pour disposer de services fonctionnels et d’offres adaptés à vos centres d’intérêts, dans le respect de notre politique de confidentialité. Cliquez ici pour en savoir plus