"Chroniques d’une survivante" : quand une bande dessinée sert d’exutoire aux attentats du 13 novembre "Chroniques d’une survivante" : quand une bande dessinée sert d’exutoire aux attentats du 13 novembre

L'époque en live

"Chroniques d’une survivante" : quand une BD sert d’exutoire aux attentats du 13 novembre par Céline Puertas

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de visiteur Icône utilisée pour page visite

PLUS LUS

Icône de montre Icône utilisée pour voir le temps de lecture de ce contenu

Temps de lecture

2 minutes

Publié le Mercredi 3 Octobre 2018

Catherine Bertrand était au Bataclan le soir des attentats du 13 novembre. Si la jeune femme a pu s’enfuir sans être touchée par les armes des terroristes, elle a en gardé des séquelles et un mal être ancré au plus profond d’elle-même, qu’elle a décidé d’exprimer dans la bande dessinée "Chroniques d’une survivante".

Comme des centaines d’autres victimes, la vie de Catherine Bertrand a basculé le soir des attentats du 13 novembre 2013. Avec des dessins tout simples mais touchants, elle revient sur cet événement traumatisant et raconte, à travers le petit personnage qu’elle a créé à son image, le choc du lendemain et la difficulté de vivre après, prisonnière de ce cauchemar qui ne semble pas vouloir s’arrêter. Catherine ne le sait pas encore, mais elle souffre du syndrome post traumatique (qui touche notamment les militaires qui rentrent de mission), "un boulet" comme elle l’appelle, une angoisse intense qui la suit partout, même dans son lit, et l’empêche de vivre normalement.

La jeune femme oscille alors entre la culpabilité de "ne pas aller bien" alors qu’elle n’a pas été blessée (en tout cas pas physiquement) et celle de ne pas réussir à apprécier d’être vivante alors que tant de personnes ont laissé leur vie dans les attentats ce soir-là... Pas de happy end sautillant à la fin de sa bande dessinée, forcément, mais une belle histoire de résilience. Aujourd'hui Catherine Bertrand va mieux, en attendant qu’elle parvienne "à envoyer bouler son boulet" pour de bon.

"Chroniques d'une survivante", Editions de La Martinière, sortie le 4 octobre (15€)


Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu

* champs obligatoires

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies pour disposer de services fonctionnels et d’offres adaptés à vos centres d’intérêts, dans le respect de notre politique de confidentialité. Cliquez ici pour en savoir plus