Yubo : quelle est la face cachée de l’appli qui rend les ados accros ? Yubo : quelle est la face cachée de l’appli qui rend les ados accros ?

News

Yubo : quelle est la face cachée de l’appli qui rend les ados accros ? par Antoine Ferreira-Mendes

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de visiteur Icône utilisée pour page visite

PLUS LUS

Icône de montre Icône utilisée pour voir le temps de lecture de ce contenu

Temps de lecture

2 minutes

Publié le Lundi 15 Avril 2019

Yubo, ou le "Tinder des ados", est la nouvelle application dont les jeunes sont dingues. Mais derrière cette nouvelle cour de récré 2.0 à l’apparence sympathique, la génération Z est en roue libre, livrée à elle-même.

Initialement sortie sous le nom de Yellow en 2015, Yubo est la nouvelle application qui affole les ados, à savoir la génération Z née après 2000, et leurs parents. Le concept de l’application aux 20 millions d’utilisateurs repose en grande partie sur un copier-coller du géant Tinder, version Midi les zouzous. Les jeunes ont donc la possibilité de balayer des profils, de chater et aussi de se dévoiler davantage dans des lives groupés. Mais comme toutes applications de rencontre ou réseaux sociaux, le contenu de Yubo est bien plus trash qu’il n’y paraît.

Tout d’abord, une application de rencontre pour les plus jeunes (dont la moyenne d’âge avoisine les 13 ans), qui n’exclue pas les plus âgés, sonne faussement raisonnable. L’outil prétend aussi être exemplaire en termes de modération de son contenu, tout comme d’autres applications problématiques (TikTok et sa concentration de pédocriminels), mais loin de là.... Sur Yubo, même topo, les messages sont crus, voire purement sexuels, et les lives, qui permettent à ses utilisateurs de se dévoiler dans des vidéos groupées, laissent place à la nudité. Dans sa vidéo La face cachée des applications pour jeunes (MovieStarPlanet / Yubo), le YouTubeur Le Roi des Rats dénonce le laxisme de l'application, l’hypersexualisation des jeunes et le réseau de pédocriminels qui n’hésitent pas à se cacher derrière de fausses identités pour attirer leurs victimes. "L’application a une équipe de modération mais qui ne suffit pas […] leur modération n’est pas préventive, elle ne sert que lorsque c’est trop tard", précise Le Roi des Rats.  

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu

* champs obligatoires