"Vous devriez avoir honte !" Une jeune mère doit arrêter d’allaiter son bébé en public "Vous devriez avoir honte !" Une jeune mère doit arrêter d’allaiter son bébé en public

News

"Vous devriez avoir honte !" Une jeune mère doit arrêter d’allaiter son bébé en public

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de visiteur Icône utilisée pour page visite

PLUS LUS

Icône de montre Icône utilisée pour voir le temps de lecture de ce contenu

Temps de lecture

3 minutes

Publié le Jeudi 26 Juillet 2018

Certains n’ont toujours pas compris que la fonction première des seins des femmes était de nourrir les bébés, pas d’être sexualisés. A Amiens, une jeune mère de famille en a fait les frais.

Pendant que des hommes se mettent tout nus avec des drapeaux dans le derrière pour célébrer la victoire des Bleus, les femmes, elles, sont priées de planquer leur poitrine. La semaine dernière, une jeune mère amiénoise qui s'était rendue à la Caisse des Affaires Familiales a dû arrêter d’allaiter sa fille, révèle le Courrier Picard. Elle et son conjoint étaient là pour actualiser leur situation. En raison de la canicule, il faisait extrêmement chaud dans leur voiture et ils ont donc décidé de nourrir le bébé de quatre mois dans l’espace d’accueil. "Je me suis mis sur le côté, un peu à l’écart, pour allaiter, explique Mélanie, 27 ans. J’ai pris un bavoir pour que l’allaitement puisse être discret, mais je n’ai même pas eu le temps de mettre correctement ma fille au sein".

La scène n’a en effet pas plu au vigile de la CAF, ni à la la personne en charge de l’accueil. "Ils m’ont dit : vous devriez avoir honte de faire ça devant tout le monde. Il y a des enfants, ça ne se fait pas !", raconte Mélanie, qui a malgré tout refusé d’obtempérer. "J’étais choquée, mais je ne suis pas sortie. J’ai répondu que j’avais le droit d’allaiter ma fille, que je n’allais pas la laisser mourir de faim". Des témoins ont soutenu le couple, qui a finalement effectué sa démarche administrative puis a quitté les lieux. Tous deux envisagent aujourd’hui de déposer une main courante au commissariat. Pour rappel, l’allaitement en public est légalement autorisé et n’est pas considéré comme un acte de prohibition, car il n’a aucun caractère sexuel. Il serait donc temps qu’on nous lâche les nichons.

C.C-M.

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu

* champs obligatoires

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies pour disposer de services fonctionnels et d’offres adaptés à vos centres d’intérêts, dans le respect de notre politique de confidentialité. Cliquez ici pour en savoir plus