Voici pourquoi les salons de manucure peuvent s’avérer dangereux pour la santé Voici pourquoi les salons de manucure peuvent s’avérer dangereux pour la santé

News

Voici pourquoi les salons de manucure peuvent s’avérer dangereux pour la santé

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de visiteur Icône utilisée pour page visite

PLUS LUS

Icône de montre Icône utilisée pour voir le temps de lecture de ce contenu

Temps de lecture

2 minutes

Publié le Lundi 14 Octobre 2019

Un nouveau rapport de l’INRS (Institut national de recherche et de sécurité pour la prévention des accidents du travail et des maladies professionnelles) met en garde contre les substances chimiques présentes dans les produits des salons de manucure, particulièrement dangereuses pour la santé des employé.e.s et des client.e.s.

Ce n’est certainement une surprise pour personne, les produits utilisés dans les salons de manucures ne sont pas des moins nocifs. Comme l’indique un rapport de l’INRS, pose et dépose de vernis classiques,  semi-permanents ou de faux-ongles en gel ou résine exposeraient même les travailleurs.euses et leurs client.e.s à des substances particulièrement toxiques.  
"Des mesures dans les salons de stylisme ongulaire ont révélé la présence de plus de 60 substances, avec des effets mal maîtrisés du fait de la poly-exposition" explique notamment Nicolas Bertrand expert à l’INRS.

Une manière d’alerter les 6000 salarié.e.s que compte le secteur et dont beaucoup exercent de façon peu réglementée. Le métier se pratique en effet aussi bien en salon qu’à domicile sans que cela ne soit forcément déclaré. “On assiste à une ‘"plateformisation" du métier, avec la mise en relation directe de clientes et de professionnelles indépendantes”, note Nicolas Bertrand.
Afin d’encadrer un peu plus cette pratique, pour la première fois l’INRS vient de mettre au point des fiches techniques à l’intention des salons, pour le bien-être des client.e.s mais surtout des employé.e.s. Celles-ci préconise l’utilisation de produits plus sûrs, mais aussi l’utilisation de tables aspirantes, le port de gants et de masques avec cartouches de filtration. 

Autant de mesures sécuritaires et sanitaires qui ne sont pas respectées comme le rapporte l’AFP qui a fait le tour de trois salons à Paris. Parmi ceux-ci, seul un disposait d’une table aspirante et tous ne mettaient que des minces masques en papier à disposition des employés. 
Sophie Robert, elle aussi experte à l’INRS indique que le risque le plus important est celui de "l’allergie cutanée ou respiratoire". "75% des pathologies professionnelles diagnostiquées dans ce secteur sont des allergies, dont la plus courante, la dermatite de contact, entraîne une inflammation de la peau qui peut conduire à l’arrêt de travail" développe-t-elle. Selon le HuffPost les consignes seraient d’ailleurs plus strictes dans les salons de manucures d’autres pays comme les Etats-Unis. 

Côté produits, l’INRS confirme qu’ils sont bien régis par une législation européenne mais que celle-ci ne serait "pas toujours aussi efficace qu’on le souhaiterait". Les acrylates par exemple considérés comme dangereux sont tout de même autorisés. 

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu

* champs obligatoires