Violences sexistes et sexuelles : des médecins lancent un appel à agir pour "repérer et prévenir les violences conjugales" Violences sexistes et sexuelles : des médecins lancent un appel à agir pour "repérer et prévenir les violences conjugales"

News

Violences sexistes et sexuelles : des médecins lancent un appel à agir pour "repérer et prévenir les violences conjugales"

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de visiteur Icône utilisée pour page visite

PLUS LUS

Icône de montre Icône utilisée pour voir le temps de lecture de ce contenu

Temps de lecture

4 minutes

Publié le Lundi 18 Novembre 2019

Dans une tribune parue sur le site de l’Obs le 18 novembre, 65 médecins lancent un appel à se mobiliser contre les violences conjugales et sexuelles. Ils pourraient détecter deux à trois femmes par journée de consultation.

En une journée de consultation, les médecins recevraient deux ou trois femmes victimes de violences conjugales et/ou sexuelles. Voilà le rapport alarmant qu’ont transmis 65 médecins, dans une tribune publiée le 18 novembre sur le site de L’OBS. Grâce à ces chiffres, ils appellent à se méfier des chiffres issus d’une récente enquête menée par le Centre Hubertine Auclert pour l’égalité femmes-hommes, auprès de professionnels de santé de 11 centres médico-psychologiques. Dans cette dernière, les médecin déclaraient en effet ne "jamais" ou "rarement" recevoir des femmes victimes de violences. Surtout, ils souhaitent tirer la sonnette d’alarme quant à l’importance du médecin dans la détection et la prévention des violences, en tant que personne ressource. Car il existe des outils et des protocoles de détection, comme le questionnaire WAST (Woman Abuse Screening Tool).

"En quelques questions simples, claires, ouvertes, ce bref formulaire permet d’identifier ces violences spécifiques, nous rappelle les signataires de la tribune. Au-delà de ce test particulier, et conformément aux très récentes recommandations de la Haute Autorité de Santé, le questionnement systématique de la patiente est crucial, que celle-ci soit perçue comme à risque de violences… ou pas ! (…)" Ce formulaire permet de révéler les violences verbales, psychologiques et physiques que sont susceptibles de vivre les femmes. "‘Les femmes victimes de violences veulent qu’on leur pose la question’, estime le Docteur Marie Le Bars, signataire de la Tribune. Ces tests donnent autant satisfaction aux patientes (90 %) qu’aux médecins (90 %). Les recherches montrent que ce type de questionnaire favorise et libère la parole. Il multiplie même par quatre le nombre de détections ! Le dépistage systématique est le seul moyen de détecter les situations violentes, passées sous silence. Si besoin, le médecin pourra alors prodiguer des soins adaptés et polyvalents tels que l’accès à l’information sur la prise en charge nationale des violences conjugales, l’inclusion dans un réseau adapté et l’organisation d’un suivi rapproché."

Ces précisions sont suivies de quatre appels, peu coûteux, accessibles et scientifiquement validés pour venir en aide aux femmes victimes de violences. Le premier : reconnaître le médecin comme personne ressource et premier recours de la femme victime. Le deuxième, que les médecins se saisissent systématiquement de ces outils, donc qu’ils y soient formés. Puis, de fait que les ministères concernés, soit ceux de la santé, des universités et des droits des femmes, puissent prendre en charge ces formations et mettre les professionnels et les associations en lien. 

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu

* champs obligatoires