VIH : les tests de dépistages effectués sont en hausse alors que les nouveaux cas de séropositivité diminuent en France VIH : les tests de dépistages effectués sont en hausse alors que les nouveaux cas de séropositivité diminuent en France

News

VIH : les tests de dépistages effectués sont en hausse alors que les nouveaux cas de séropositivité diminuent en France

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de visiteur Icône utilisée pour page visite

PLUS LUS

Icône de montre Icône utilisée pour voir le temps de lecture de ce contenu

Temps de lecture

2 minutes

Publié le Mercredi 27 Novembre 2019

Dans son dernier Bulletin épidémiologique hebdomadaire consacré au VIH, Santé publique France note une augmentation du nombre de tests de dépistages réalisés en 2018 qui s’accompagne également d’une diminution des nouveaux cas de séropositivité en France. Des résultats encourageants mais qui demandent encore à progresser.

Alors que la journée mondiale de la lutte contre le sida aura lieu le 1er décembre 2019, le dernier Bulletin épidémiologique hebdomadaire (BEH) de Santé publique France dresse le bilan de l’activité des dépistages et des diagnostics du VIH en 2018 en France. L’organisme rattaché au ministère de la Santé nous apprend ainsi que 5,8 millions de tests de dépistage ont été effectués dans les laboratoires d’analyses l’an dernier, un chiffre en augmentation régulière depuis 2013. 
Ces mêmes tests ont permis à 6155 personnes de découvrir qu’elles étaient séropositives, soit une diminution de 7% du nombre de diagnostics positifs par rapport à 2017. "La diminution du nombre de découvertes de séropositivité, couplée à une augmentation de l’activité de dépistage, peut refléter une diminution du nombre de personnes infectées non diagnostiquées et/ou une diminution de l’incidence depuis plusieurs années" notent les auteurs de ce BEH

Toutefois même si ces résultats se veulent plutôt encourageants, selon Santé publique France, "le recours au dépistage du VIH reste très insuffisant en France métropolitaine" et les "efforts doivent être poursuivis". Sur les plus de 6000 nouveaux cas détectés, il s’est en effet avéré que la moitié des personnes n’avaient jamais été testées auparavant. 1700 d’entre elles étaient déjà à un stade avancé de l’infection lorsqu’elles ont été diagnostiquées. "Dans une perspective de réduction de l’épidémie, il est indispensable de poursuivre la sensibilisation à la nécessité du dépistage du VIH auprès des populations les plus concernées par ce retard au diagnostic et auprès des professionnels de santé à leur contact" préconise le BEH

Cette baisse de nouveaux diagnostics du VIH constatée en France est également observée dans plusieurs autres pays d’Europe comme l’Allemagne, le Royaume-Uni ou le Portugal. La mise en place de traitements préventifs comme la PrEP et de programmes de prévention comme "Test and treat" y seraient pour beaucoup. 

En 2016, une enquête du Baromètre de la santé révélait que même si 9 répondants sur dix estimaient que tout le monde devrait être testé pour le VIH au moins une fois dans sa vie, plus de la moitié des hommes et près d’un tiers des femmes n’avaient jamais réalisé de test.

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu

* champs obligatoires