VIH : le taux de personnes dépistées positivement à Paris a diminué en trois ans VIH : le taux de personnes dépistées positivement à Paris a diminué en trois ans

News

VIH : le taux de personnes dépistées positivement à Paris a diminué en trois ans

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de visiteur Icône utilisée pour page visite

PLUS LUS

Publié le Mercredi 11 Septembre 2019

D’après la Ville de Paris et l’Agence Régionale de Santé d’Ile-de-France, on aurait enregistré une baisse importante des diagnostics de séropositivité dans la capitale entre 2015 et 2018. Voilà les détails des chiffres.

Sont réunis depuis lundi 9 et jusqu’à mercredi 11 septembre, 250 villes signataires de la Déclaration de Paris, à Londres, pour évaluer et débattre des progrès accomplis ces cinq dernières années. Il s’agit de la première conférence "Fast Track Cities", qui réunit villes et pays et qui tend à mettre fin à l’épidémie du Sida dans le monde d’ici à 2030. Parmi les chiffres dévoilés à ce sujet par Santé publique France, les données de surveillance du VIH de la ville de Paris. Et certains d’entre eux sont plutôt positifs.

En effet, le nombre de diagnostics d’infection à VIH entre 2015 et 2018 aurait diminué de 16%. Comprenez que le nombre de personnes ayant appris leur séropositivité a diminué dans la capitale, passant ainsi de 6,2 pour 1000 individus en 2015, à 5,1 trois ans plus tard. Une baisse significative qui concerne principalement "les hommes ayant des rapports avec des hommes, nés en France", a constaté Santé Publique France, qui enregistre une baisse de 28%. La raison principale ? L’élargissement mais aussi la facilitation des dépistages et et le traitement PrEP, utilisé  avant un rapport sexuel pour empêcher le développement du virus du Sida.

Néanmoins, cette baisse ne concernerait presque pas les femmes, qui représentent encore 30% des cas diagnostiqués en 2018. Les personnes nées à l’étranger représentent quant à elles plus de 40% des individus ayant été dépistés en 2018 en région parisienne. Bref, des résultats en demi-teinte et une action encourageante qu’il faudrait poursuivre mais aussi élargir pour toucher d’autres profils. 

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu

* champs obligatoires