Chris Brown : face au "victime blaming", son accusatrice prend la parole Chris Brown : face au "victime blaming", son accusatrice prend la parole

News

Face au "victime blaming", l'accusatrice de Chris Brown prend la parole par Zoé Puyremond

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de visiteur Icône utilisée pour page visite

PLUS LUS

Icône de montre Icône utilisée pour voir le temps de lecture de ce contenu

Temps de lecture

3 minutes

Publié le Jeudi 24 Janvier 2019

Lundi 21 janvier 2019, Chris Brown était placé en garde à vue à Paris suite à une plainte pour viol, déposée par une jeune femme de 24 ans. Depuis, elle fait face au "victime blaming" sur les réseaux sociaux.

Cela fait maintenant deux jours que Chris Brown a été relâché après avoir été placé en garde à vue à Paris. Une audition qui avait eu lieu après qu'une étudiante de 24 ans, qui souhaite garder l'anonymat, l'avait accusé de viol dans un palace. Elle s'est courageusement exprimée pour la première fois mercredi 24 janvier 2019, dans une interview au Parisien. Elle y raconte que dans la nuit du 15 au 16 janvier 2019, elle a participé à une fête organisée par Chris Brown à la discothèque Key, dans le 9ème arrondissement. "Un barman que je connais m’a proposé de passer une soirée avec une star. Je savais qui il était, mais sans plus", raconte-t-elle au Parisien. Elle s'est ensuite rendue dans l'hôtel Le Mandarin avec la star et son entourage. "Tout le monde prenait de la cocaïne, poursuit-elle, Chris Brown particulièrement, qui s'est mis à parler tout seul, et à arpenter nerveusement la suite (...). Il m'a attrapée violemment par le bras, il m'a poussée dans un dressing et m'a violée. J'ai voulu m'enfuir, mais je n'avais pas mon téléphone. Ils nous avaient été confisqués." La jeune femme raconte également avoir été violée par le garde du corps de la star et un de ses amis.

Si elle a pu porter plainte par la suite, la jeune femme ne voulait pas que sa démarche soit révélée à la presse. "Je ne voulais pour rien au monde qu’elle soit rendue publique", livre-t-elle. Et si la plainte est maintenue car de nombreuses "vérifications restent à effectuer", les accusés ont été relâchés. Pire : la jeune femme est aujourd'hui "traînée dans la boue sur les réseaux sociaux", explique-t-elle.

Une vague de "victime blaming", cette violence qui consiste à blâmer la victime pour ce qui lui est arrivé, dont le premier responsable n'est autre que Chris Brown. Tout juste sorti de garde à vue, la star a en effet écrit sur Instagram "This bitch lyin" ("Cette pétasse ment", en VF), avant de supprimer la publication.


Sur les réseaux sociaux, les internautes ont aussi accusé l'étudiante de mentir pour profiter de l'argent de l'artiste, d'être une escort girl en manque de reconnaissance ou même, de s’être mise dans cette situation toute seule en entrant dans la chambre d’hôtel du rappeur.

 

Des mises en cause insupportables pour la jeune femme, qui a clamé dans l'interview : "Si j’ai porté plainte, ce n’est pas pour l’argent. Ce que je veux, c’est la justice" . Heureusement, sur les réseaux sociaux, de nombreuses personnes (en particulier, des femmes), ont pris sa défense, rappelant que seulement 2% des accusations pour agressions sexuelles sont fausses et/ou sont abandonnées par la personne qui les a portées, selon une étude publiée dans la revue Sage et menée sur dix ans.
D'autres ont insisté sur le fait qu'on ne devient pas célèbre pour avoir témoigné de violences sexuelles ou de viol (qui peut aujourd'hui citer de mémoire les noms des victimes de Bill Cosby ou d'Harvey Weinstein, hormis celles qui était déjà très connues du public ?)


Autant de messages essentiels pour la victime, mais aussi, pour toutes celles.ceux qui ont subi des violences sexuelles et qu'on n'a pas voulu croire. En attendant la fin de l'enquête, la jeune femme a de son côté affirmé "Ma vie est bouleversée. Je suis épuisée, sous tranquillisants. Je n’ai pas pu reprendre les cours".

 

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu

* champs obligatoires