News

Urinoirs écologiques, bonne ou mauvaise idée ? par Anthony De Pasquale

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de visiteur Icône utilisée pour page visite

PLUS LUS

Icône de montre Icône utilisée pour voir le temps de lecture de ce contenu

Temps de lecture

3 minutes

Publié le Samedi 18 Août 2018

Les urinoirs écologiques, appelés "uritrottoirs", installés sur les trottoirs de la capitale et permettant de faire du compost aux fleurs font polémique. À la vue de tous les passants, ces pissotières ne sont pas au goût de tous les riverains, provoquant des réactions mitigées sur les réseaux sociaux. Alors, bonne ou mauvaise idée ?

Les "uritrottoirs", ces nouveaux toilettes écologiques
Inventés par une agence de design nantaise, Les Faltazi, les "uritrottoirs" ont vu le jour en juin 2017 dans la ville de Nantes avant d'arriver à Paris au printemps 2018. Mi-pissotière de rue, mi-jardinière, ces toilettes composés de deux bacs en aluminium, l'un rempli de paille, l'autre de fleurs, se veulent écologiques et sans odeur. "L'urine est stockée avec de la matière sèche qui peut ensuite être transformée en compost pour les plantes", explique Laurent Lebot, l'un des deux fondateurs de l'entreprise Faltazi, à l'AFP. Installés près de la place de Clichy, de la gare de Lyon, et dans un square du cinquième arrondissement de la capitale, un quatrième urinoir écologique a pris place dans une rue de l'Île Saint-Louis. De quoi faire grincer des dents certains riverains.


Les "uritrottoirs" ne font pas l'unanimité
Ce nouveau genre de pissotière divise. Disposés sur les trottoirs et donc à la vue de tous les passants, ces "uritrottoirs" conduisent à des avis partagés sur les réseaux sociaux. C'est le cas d'Isabelle Balkany, première adjointe au maire de Levallois, ou encore Laurence Parisot, ancienne présidente du Mouvement des entreprises de France (Medef), qui a tweeté le 5 août dernier : "mais qu’est-ce que cette très ‘élégante’ nouvelle connerie parisienne?" à propos des urinoirs écologiques. En plus du fait d'uriner dans la rue, les internautes soulèvent la question de l'hygiène : combien de personnes avant eux ont utilisé les toilettes ? Ou sur l'incapacité de pouvoir se laver les mains. 


Un problème d'emplacement 

Au cours d'une interview, Laurent Lebot nous explique que la polémique survient suite à un problème d'emplacement des différents "uritrottoirs" : "contrairement à la ville de Nantes où la mairie s'est entretenue avec plusieurs commerçants, Paris a installé les urinoirs écologiques dans des lieux touristiques et commerciaux. Ces WC sont pensés pour la nuit, afin d'éviter que les gens urinent n'importe où, mais il ne faut pas oublier qu'ils restent visibles le jour". Face à la colère des passants, Ariel Weille maire du 4eme arrondissement de Paris,  a récemment assuré à la chaîne de télévision BFMTV que ces uritrottoirs allaient être "déplacés de quelques mètres", pour prendre place dans des rues plus discrètes.

 

 

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu

* champs obligatoires

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies pour disposer de services fonctionnels et d’offres adaptés à vos centres d’intérêts, dans le respect de notre politique de confidentialité. Cliquez ici pour en savoir plus