Une université anglaise propose des balades canines pour lutter contre la dépression Une université anglaise propose des balades canines pour lutter contre la dépression

News

Une université anglaise propose des balades canines pour lutter contre la dépression par Tess Annest

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de visiteur Icône utilisée pour page visite

PLUS LUS

Icône de montre Icône utilisée pour voir le temps de lecture de ce contenu

Temps de lecture

1 minute

Publié le Mercredi 20 Février 2019

Selon une étude publiée par l’Observatoire national de la vie étudiante (OVE) en 2018, 20% des élèves français présentent des signes de détresse psychologique. Principale cause : le stress. Un phénomène contre lequel une université anglaise tente de lutter en proposant des balades canines.

Selon l’étude Repères sur la santé des étudiants, publiée par l’Observatoire national de la vie étudiante (OVE) en 2018 et réalisée auprès de quelque 19 000 étudiants en France, "près de 20% d’entre eux présentent les signes d’une détresse psychologique". Plus inquiétant encore, "15% des étudiants présentent les différents critères cliniques d’un véritable épisode dépressif". Un phénomène d’ampleur mondiale qui touche également un étudiant sur quatre en Angleterre, et qui inquiète tout particulièrement l’université d’East Anglia. Pour lutter contre les risques de dépression, elle a mis en place des sessions de balades avec des chiens. Les élèves vont donc pouvoir s’improviser promeneurs canins pendant leurs heures de pause.

Les bienfaits de cette pratique ? En plus de ses bénéfiques physiques, elle permettrait de se détendre pendant les périodes d’anxiété intense comme les examens, et de réduire les risques de dépression. "Beaucoup d’étudiants vivent loin de leurs foyers, donc le contact avec les animaux peut-être extrêmement déstressant pour eux. Nous espérons aussi qu’à terme, ces promenades réduiront les risques de dépression", estiment les initiateurs du projet. Nous n’avons plus qu’une seule question à la bouche : à quand la même chose en France ?

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu

* champs obligatoires