inde : viol collectif d'une touriste suisse

Une touriste suisse...

Une touriste suisse violée en Inde : les 5 suspects sont passés aux aveux

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de visiteur Icône utilisée pour page visite

PLUS LUS

L’Inde n’en a pas fini avec les affaires de viol : vendredi, une touriste suisse a été victime d’un viol collectif alors qu’elle campait avec son mari dans le centre de l’Inde.

Trois mois après le viol collectif d'une étudiante indienne à New Delhi, qui avait suscité un vaste mouvement de protestations dans le pays, une nouvelle affaire vient secouer l’Inde. Ce vendredi, une touriste suisse de 39 ans, qui campait dans le centre du pays avec son mari, a été victime d’un viol collectif. Plusieurs hommes les ont attaqués et ont attaché le mari tandis qu'ils violaient sa femme sous ses yeux. En partant, ils leur ont volé un téléphone portable ainsi que l'équivalent de 185 dollars. Une vingtaine de suspects ont ensuite été interpellés et quatre hommes sont passés aux aveux : "Selon la première déposition de la femme, quatre personnes l'ont violée. Les quatre accusés ont avoué l'avoir violée", a déclaré Dilip Arya, l'inspecteur général adjoint de la police locale. Un cinquième suspect, 19 ans, a été arrêté ce dimanche. Les hommes ont ensuite été montrés à la télévision indienne, la tête couverte d’un linge noir. Cette nouvelle affaire relance la vague de protestation dans le pays. De nombreuses manifestations sont organisées pour pousser le gouvernement à prendre de vraies mesures rapidement afin de protéger les femmes.

--> Retrouvez plus de snacking !

S.D.

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Mme M.

JE SOUHAITE RECEVOIR

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies pour disposer de services fonctionnels et d’offres adaptés à vos centres d’intérêts, dans le respect de notre politique de confidentialité. Cliquez ici pour en savoir plus