Une étude explique pourquoi certaines personnes ont la phobie des trous Une étude explique pourquoi certaines personnes ont la phobie des trous

News

Une étude explique pourquoi certaines personnes ont la phobie des trous

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de visiteur Icône utilisée pour page visite

PLUS LUS

Icône de montre Icône utilisée pour voir le temps de lecture de ce contenu

Temps de lecture

1 minute

Publié le Lundi 25 Novembre 2019

Certaines personnes ont peur des araignées, d’autres du vide ou de la foule et puis il y a celles qui ont peur des trous. On appelle cela la trypophobie. Afin d’en comprendre les origines, des chercheurs se sont justement penchés sur le sujet et voici leurs explications.

Qu’ils soient petits ou gros, profonds ou à peines creusés, sur une éponge ou le visage de quelqu’un, sous forme de bulles dans une pâte à gâteau, les trous effraient de nombreuses personnes qui vont jusqu’à en développer une peur phobique. C’est ce qu’on appelle la trypophobie qui se caractérise par un étrange sentiment de mal-être et de vives réactions émotives voire de dégout à la simple vue d’un orifice. Par exemple, si une personne trypophobe à le malheur de se retrouver face à une ruche d’abeille, un long frisson risque de lui parcourir le corps jusqu’à même la faire vaciller ou lui donner envie de vomir. Si cette peur est assez répandue elle n’est toutefois pas encore reconnue comme une véritable phobie, mais une chose est sûre elle n’a de cesse d’intriguer. Comme nous l’apprend Slate, la trypophobie a récemment fait l’objet d’une étude menée par Tom Kupfer, un chercheur en émotions à la Vrije Universiteit d'Amsterdam. Celui-ci a cherché à comprendre l’origine de cette peur et comment elle se manifeste. 

Après moultes recherches, les chercheurs en ont déduit que les personnes trypophobes assimileraient, sans le vouloir, trous, fissures et autres cavités, à des maladies infectieuses, telles que telles que la variole, la gale ou la rougeole. Cela leur évoquerait aussi un état de décomposition ou la sensation d'avoir le corps envahi de parasites. De quoi expliquer le dégoût ressenti à la vue d’une ou plusieurs crevasses, qu'il faut plutôt considérer comme une forme de protection naturelle et instinctive. D’ailleurs les auteurs du rapport, expliquent que le sentiment d’écœurement serait encore plus intense à la vue de trous à même la chair, sur la peau du corps ou du visage

L’étude indique également qu’Internet aurait sa part de responsabilité dans la propagation de cette phobie. De nombreux internautes s’amusent en effet à poster des vidéos ou des photos qui montrent des trous sous toutes leurs formes. Celles-ci ont de quoi terrifier les personnes qui en ont la phobie mais aussi étonnement d’en satisfaire et d’en détendre plein d’autres. Sur Facebook et sur des forums comme Reddit, des groupes "trypophobie" ont été créés pour permettre à celles et ceux qui en souffrent d’échanger à ce propos. The Guardian parle alors d’une phobie socialement contagieuse vivement encouragée par Internet, spécialiste des étrangetés en tout genre.

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu

* champs obligatoires