Un ministre norvégien démissionne au profit de la carrière de sa femme Un ministre norvégien démissionne au profit de la carrière de sa femme

News

Un ministre norvégien démissionne au profit de la carrière de sa femme par Anne Lods

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de visiteur Icône utilisée pour page visite

PLUS LUS

Icône de montre Icône utilisée pour voir le temps de lecture de ce contenu

Temps de lecture

2 minutes

Publié le Vendredi 31 Août 2018

Jeudi 30 août, le Ministre norvégien des Transports et de la Communication, a annoncé sa démission au profit de la carrière de sa femme. Un geste important pour la parité hommes-femmes et salué sur les réseaux sociaux.

En voilà un homme qui en a ! Le ministre des Transports et de la Communication en Norvège, Ketil Solvik-Olsen a annoncé sa démission du gouvernement, le jeudi 30 août 2018. A son poste depuis 2013, l’homme politique souhaite maintenant donner la priorité à la carrière de sa femme. "Cela a été fantastique (…) et, en fait, j’aurais bien continué toute ma vie, a-t-il déclaré. Mais je suis maintenant arrivé à un carrefour, où c’est au tour de ma femme de poursuivre son rêve. C’est un accord que nous avions conclu il y a plusieurs années". Son épouse, Tone Solvik-Olsen, va occuper le poste de médecin dans un hôpital pour enfants pendant un an, aux Etats-Unis.

Le geste du ministre a été salué par les réseaux sociaux qui qualifient l’homme de "respectable" et sa décision comme étant "un exemple fantastique". Oui, car la Norvège est l’un des pays les plus égalitaire en matière de parité. D’après le dernier rapport du Forum économique mondial sur l’égalité hommes-femmes, la Norvège est second du classement, derrière l’Islande. D'ailleurs, ce sont des femmes qui occupent les quatre postes à haute responsabilité du gouvernement dans le pays : chef du gouvernement, ministre de l'Economie et des Finances, ministre des Affaires Etrangères et ministre de la Justice. La France, quant à elle, se retrouve à la onzième position en matière de parité, sur 144 pays évalués. A regarder les chiffres, le pays est loin d’être mauvais élève, mais il y a encore un long chemin à faire avant de voir un ministre démissionner au profit de la carrière de sa femme. 

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu

* champs obligatoires

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies pour disposer de services fonctionnels et d’offres adaptés à vos centres d’intérêts, dans le respect de notre politique de confidentialité. Cliquez ici pour en savoir plus