Un Français sur deux pense que l’Etat ne s’implique pas assez dans la lutte contre les LGBTphobies Un Français sur deux pense que l’Etat ne s’implique pas assez dans la lutte contre les LGBTphobies

News

Un Français sur deux pense que l’Etat ne s’implique pas assez dans la lutte contre les LGBTphobies par Antoine Ferreira-Mendes

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de visiteur Icône utilisée pour page visite

PLUS LUS

Icône de montre Icône utilisée pour voir le temps de lecture de ce contenu

Temps de lecture

2 minutes

Publié le Vendredi 10 Mai 2019

Selon une enquête BVA pour l’association Le Refuge, dévoilée lundi 6 mai 2019, un Français sur deux pense que l’Etat ne s’implique pas assez dans la lutte contre les LGBTphobies.

Lundi 6 mai 2019, l’Institut BVA a dévoilé son enquête réalisée auprès de 1 002 personnes pour l’association Le Refuge, qui aide les jeunes victimes de LGBTphobies. Selon l’étude, 49% des Français sondés pensent que l’Etat ne s’implique pas suffisamment dans la lutte contre l’homophobie et la transphobie, ce qui représente en moyenne un Français sur deux. Et 76% estiment que les propos homophobes et transphobes devraient être plus sévèrement condamnés qu’ils le sont aujourd’hui.

L’étude met en évidence un certain laxisme de l’Etat pour lutter contre les LGBTphobies et a contrario, les mesures qui devraient être mises en place. On y découvre que 76% des personnes interrogées aimeraient que l’Etat soutienne davantage la mise en place de dispositifs d’accueil des jeunes victimes LGBTQI+ rejetées par leurs familles. Et qu’une grande majorité (74%) aimerait que l’Etat porte plus d’intérêt à la lutte contre l’homophobie et la transphobie en milieu scolaire. Toujours à l’école, 69% des sondés sont favorables à un renforcement des interventions de sensibilisation. Le dernier rapport annuel de SOS homophobie, pour l’année 2018, recense qu’en 2017, le nombre de cas de LGBTphobies en milieu scolaire a augmenté de 38% et qu’en 2018, "PD" reste l’insulte la plus prononcée dans les cours de récréation. 

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu

* champs obligatoires