News

La Cité des Dames : un centre d’accueil et de soin pour les femmes précaires va ouvrir à Paris par Anaïs Robert

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de visiteur Icône utilisée pour page visite

PLUS LUS

Icône de montre Icône utilisée pour voir le temps de lecture de ce contenu

Temps de lecture

2 minutes

Publié le Mardi 13 Novembre 2018

La Cité des Dames ouvrira ses portes le 1er décembre dans le 13è arrondissement de Paris. Destiné à accueillir les femmes en grande précarité, il leur permettra de se reposer et de recevoir des soins. Ce centre sera le premier lieu d’accueil réservé aux femmes ouvert en continu, 7 jours sur 7.

Paris compte 5 000 femmes SDF et d'autres femmes en situation de grande précarité également… mais un seul centre d’accueil de jour dans le 12e arrondissement leur est réservé. Et ce, alors que trois femmes seules sur quatre ne trouvent pas de place lorsqu’elles appellent le 115, le numéro du Samu social de Paris. C’est à cette urgence que répond la création du premier centre d’accueil parisien pour femmes et ouvert sans interruption à partir du 1er décembre. Baptisé "La Cité des Dames", l’endroit est piloté par l’association pour le développement et la santé des femmes (ADSF) et l’Armée du Salut. Dans ce centre, les femmes en situation de précarité, souvent exclues de la société, pourront se reposer, se restaurer, se laver ou encore faire leur lessive. Elles bénéficieront d’un accompagnement social et psychologique ainsi que de consultations médicales. Le volet médical est l’une des priorités du centre, alors que les femmes très précaires n’ont souvent pas accès à un gynécologue ou, pour des raisons compréhensibles, n’en font pas une priorité. L’ADSF est déjà à l’origine du "frottis-truck", un cabinet de gynécologie ambulant, qui passe dans les lieux fréquentés par les prostituées et les femmes très précaires pour leur proposer des consultations gratuites et distribue des protections  hygiéniques. Selon l’association, 60% des femmes passées par le "frottis-truck" n’avaient pas bénéficié de suivi gynécologique depuis plus d’un an.
Dans quelques jours, ADSF lancera une campagne de financement participatif. Pour soutenir ce projet, c'est ici

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu

* champs obligatoires

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies pour disposer de services fonctionnels et d’offres adaptés à vos centres d’intérêts, dans le respect de notre politique de confidentialité. Cliquez ici pour en savoir plus