obama fusillade connecticut obama fusillade connecticut

Tuerie du Connecticut : Obama veut du changement

Tuerie du Connecticut : Obama veut du changement

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de visiteur Icône utilisée pour page visite

PLUS LUS

Publié le Lundi 17 Décembre 2012

Dans son discours dans le lycée de Newton, le Président Barack Obama est revenu sur l'amer constat que suscite la fusillade de l'école primaire de Newton, dans le Connecticut, qui a fait 26 morts dont 20 enfants de 6 et 7 ans.

Pour la quatrième fois depuis son arrivée à la Maison Blanche, le président des États-Unis se rendait sur les lieux d'une fusillade. Cette fois, encore loin de parler de mesures concrètes et de régulation des armes, le président Obama a plutôt parlé d'un véritable effort à faire, déjà pour changer les mentalités, tout en évitant soigneusement de prononcer le mot "gun" dans son discours. Il a appelé ses compatriotes à se demander si "nous en faisons assez pour protéger nos enfants» : "J'ai réfléchi à cela ces derniers jours, et si nous sommes honnêtes avec nous-mêmes la réponse est non", a ajouté le président. "Nous ne pouvons plus le tolérer. Ces tragédies doivent prendre fin. Et pour y mettre fin, nous devons changer", a t-il affirmé. Le débat sur le contrôle de la circulation des armes aux Etats-Unis est risqué, face au puisant lobby de la NRA (National Rifle Association) qui défend fermement le second amendement de la constitution des États-Unis qui garantit à tout citoyen américain le droit de porter des armes.

Plus d'infos sur LeMonde.fr.

--> Retrouvez plus de snacking !

B.K.

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu

* champs obligatoires

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies pour disposer de services fonctionnels et d’offres adaptés à vos centres d’intérêts, dans le respect de notre politique de confidentialité. Cliquez ici pour en savoir plus