Trois Français sur quatre utilisent des pesticides chez eux Trois Français sur quatre utilisent des pesticides chez eux

News

Trois Français sur quatre utilisent des pesticides chez eux par Laura Anglionin

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de visiteur Icône utilisée pour page visite

PLUS LUS

Icône de montre Icône utilisée pour voir le temps de lecture de ce contenu

Temps de lecture

2 minutes

Publié le Mercredi 9 Octobre 2019

Selon une étude réalisée par l’Anses (Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail), 75 % des Français ont recours aux pesticides dans leur maison, sans en connaître les dangers. Un geste innocent dans l’action mais toxique en inhalation.

Sous forme de traitements antiparasitaires pour animaux domestiques, d’entretiens pour les plantes et d’insecticides, les pesticides sont présents dans les foyers de trois Français sur quatre. L’agence de sécurité sanitaire met en garde sur ces produits qui ne sont pas anodins. D’autant plus que ceux-ci, une fois terminés, 60 % de leurs utilisateurs les jetteraient dans les poubelles ou les videraient dans les éviers au lieu de les déposer à la déchetterie ou alors à la mairie, qui prévoit un endroit à cet effet.

Des Français imprudents
Plus de 5 400 produits ont été retrouvés chez 1 500 ménages, dans le cadre de cette analyse. On utiliserait ces pesticides sans regarder, les conseils d’utilisation, ni même les précautions d’usage. Cette étude pointe trois types de pesticides, en tête d’utilisation, il y a les insecticides, 84 % des ménages en ont utilisé dans l’année, de l’enquête. Juste derrière arrive les herbicides (22 %) et les produits pour traiter les plantes intérieures, à 20 % d’utilisation puis les répulsifs cutanés qui écartent les moustiques de notre peau (12 %).  

A chacun sa fréquence
Il y a les très forts utilisateurs qui ont des pesticides dans chaque surface de leur maison, jardin et piscine compris. Les forts utilisateurs qui eux ont recours aux pesticides antiparasitaires contre les poux mais aussi contre les puces et tiques sur leurs animaux domestiques. Puis les faibles utilisateurs, ceux qui ont peu recours aux pesticides dans leur foyer.

Cette étude fait l’objet d’une "première" internationale dans le domaine. Une démarche qui permet d’apporter un nouveau regard sur la qualité de l’air intérieur, en fonction des molécules identifiées.

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu

* champs obligatoires