Sexisme dans la publicité : quand les grandes marques disent (enfin) stop

News

Sexisme dans la pub : quand les grandes marques disent (enfin) stop

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de visiteur Icône utilisée pour page visite

PLUS LUS

A l’initiative de l’Union des Annonceurs, près d’une trentaine de marques se sont engagées à mettre un terme aux clichés sexistes dans les publicités. Une démarche initiée en réaction à un rapport du CSA sur l’image de la femme à la télévision.

Respecter la parité homme-femme dans la publicité : c’est le nouveau défi que 28 grandes marques ont décidé de relever. Danone, L'Oréal, Nespresso ou encore BNP Paribas, toutes ces enseignes ont signé le programme FAIRe de l’Union des Annonceurs (UDA), lancé le 16 janvier, en promettant de respecter 15 engagements "pour une communication responsable" et "contre la récurrence des stéréotypes dans la publicité".  

Ras-le-bol de la femme cantonnée à son image de consommatrice ou de mère au foyer serviable, l’UDA a décidé de réagir à la suite d’un rapport publié par le Conseil Supérieur de l’Audiovisuel (CSA) en octobre 2017. Dans cette étude survenue peu de temps après l’éclatement de l’affaire Harvey Weinstein, le CSA constatait que "le rôle attribué aux femmes est réducteur et, volontairement ou non, des stéréotypes de genre imprègnent encore un grand nombre de messages". Près de la totalité des experts ayant participé à cette étude ont noté que les acteurs du domaine publicitaire contribuaient à diffuser ces clichés sexistes à travers leurs choix d’intervenants retrouvés dans leurs annonces : "des hommes pour parler d’automobile et des femmes pour l’entretien du corps". Sans surprise, le CSA a également fait remarquer une sexualisation concernant majoritairement les femmes, notamment dans l’industrie de l’habillement et de la parfumerie.
 Afin d’assurer l’efficacité des engagements qu’elle avance, l’UDA prévoit un bilan de son programme en 2019 et souhaite encourager d’autres entreprises à faire de l’égalité homme-femme une priorité, dans la même veine que la campagne contre les publicités sexistes du Conseil de Paris en mars 2017.
 


Laura Carreno-Müller

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Mme M.

JE SOUHAITE RECEVOIR

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies pour disposer de services fonctionnels et d’offres adaptées à vos centres d’intérêt, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée. Cliquez ici pour en savoir plus.