Selon une étude, les campagnes seraient plus touchées par l’obésité que les villes Selon une étude, les campagnes seraient plus touchées par l’obésité que les villes

News

Etude : les campagnes seraient plus touchées par l’obésité que les villes

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de visiteur Icône utilisée pour page visite

PLUS LUS

Icône de montre Icône utilisée pour voir le temps de lecture de ce contenu

Temps de lecture

1 minute

Publié le Vendredi 10 Mai 2019

Contrairement aux idées reçues, vie saine et campagne ne font pas particulièrement bon ménage. Selon une étude publiée mercredi 8 mai 2019, les campagnes seraient plus touchées par l’obésité que les villes.

Mercredi 8 mai 2019, une étude publiée dans la revue scientifique Nature bouscule les idées reçues sur les conditions de vie dans les campagnes. En effet, selon les chercheurs de l’université Imperial College London, le mode de vie rural serait plus néfaste pour la santé que le mode de vie urbain, d’un point de vue nutritionnel. Par conséquent, les campagnes seraient plus touchées par l'obésité que les villes.

Pour mener à bien leur étude, les chercheurs ont analysé les données de 112 millions d’individus de 200 pays différents sur la période 1985-2017. Globalement, l’indice de masse corporelle (IMC) a augmenté de 2 points pour les femmes et de 2,2 points pour les hommes, ce qui représente une prise de poids allant de 5 à 6 kilos en moyenne par personne. Or, cette hausse est majoritairement due aux habitant.e.s de zones rurales. Lorsque l'on observe les chiffres de plus près, l’augmentation de l’IMC a été plus importante dans les campagnes, de 2,1 points supplémentaires pour les femmes comme pour les hommes. Alors qu’en ville, elle n’a été que de 1,6 point pour les femmes et de 1,3 point pour les hommes.

Les zones rurales étaient auparavant associées à la sous-nutrition mais aujourd’hui, elles souffrent surtout de malnutrition. Avec l’arrivée de l’eau courante, les voitures et les tracteurs, les habitant.e.s des campagnes ont été de moins en moins sollicité.e.s physiquement, contrairement aux citadin.e.s. De plus, les grandes surfaces se sont multipliées, banalisant la nourriture industrielle et de mauvaise qualité. L'étude met également en évidence certaines inégalités sociales, notamment en termes de conscientisation des habitant.e.s de zones rurales autour des problématiques liées à la santé. 

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu

* champs obligatoires