Selon une étude, 7 Français sur 10 seraient prêts à voyager dans un avion autonome Selon une étude, 7 Français sur 10 seraient prêts à voyager dans un avion autonome

News

7 Français.e.s sur 10 seraient prêt.e.s à voyager dans un avion sans pilote

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de visiteur Icône utilisée pour page visite

PLUS LUS

Icône de montre Icône utilisée pour voir le temps de lecture de ce contenu

Temps de lecture

2 minutes

Publié le Mardi 18 Juin 2019

Aujourd’hui, des pilotes sont au contrôle des avions. Mais bientôt, les machines voleront toutes seules de façon autonome. L'idée semble angoissante. Pourtant, selon une étude, elle n'effraie pas une grande majorité des Français.e.s.

Les Français.e.s ne sont pas si aérodromophobes que ça. Selon une étude, relayée ce lundi 17 juin 2019 sur le site d’Europe 1, 7 Français.e.s sur 10 seraient prêt.e.s à monter à bord d’un avion autonome, c’est-à-dire sans pilote. Pas de panique pour les sceptiques, cette évolution technologique ne devrait voir le jour que dans plusieurs années. Or, Interrogé par la station de radio, Gunther Siegel, porte-parole d’ANSYS (logiciels de simulation numérique d'ingénierie), a affirmé que les avions sont aujourd’hui déjà en grande partie autonomes.

"80-90% d'un vol est déjà fait de manière autonome" explique Gunther Siegel. "Aujourd'hui les parties manuelles sont principalement le décollage et l’atterrissage. Une fois que l'avion monte en altitude de croisière, la plus grande partie du voyage se fait de façon autonome. Le pilote est juste là s'il faut reprendre le contrôle ou vérifier certaines valeurs", détaille-t-il. Toutefois, si l’évolution semble "minime", pour certains esprits, il s’agit d’une avancée totalement déroutante. Pour cette raison et pour rassurer les passager.ère.s , les premiers tests seront réalisés avec un cockpit, en cas de besoin. Car ce qui les effraye le plus sont les éventuels risques de défaillances technologiques. D’après l’étude, ces risques constituent la principale préoccupation, avec 65% des sondé.e.s inquiets. Et pour 57% des personnes interrogées, un mauvais fonctionnement de l’autopilote dans certaines situations, en cas de fortes intempéries et de turbulences, les laissent grandement méfiant.e.s. 

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu

* champs obligatoires