Selon l’IRI, les Français achètent de moins en moins de produits de grande consommation Selon l’IRI, les Français achètent de moins en moins de produits de grande consommation

News

Déconsommation : les Français achètent de moins en moins de produits de grande consommation

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de visiteur Icône utilisée pour page visite

PLUS LUS

Icône de montre Icône utilisée pour voir le temps de lecture de ce contenu

Temps de lecture

1 minute

Publié le Jeudi 28 Novembre 2019

D’après la société d’étude IRI, les ventes des produits de grande consommation des supers et des hypermarchés auraient baissé de 1% en volume au premier semestre 2019. De quoi laisser penser que l’heure est à la déconsommation et que les consommateurs sont de plus en plus conscients vis-à-vis de leurs achats.

A une heure où les consommateurs se voient sans cesse rappeler qu’il est nécessaire d’être plus responsables dans leur façon de consommer, ils semblent qu’ils aient effectivement pris le pas de ces préconisations qui invitent à consommer moins mais mieux. Ainsi, un rapport de la société d’étude IRI indique que les Français consomment de moins en moins de produits de grande consommation. Il a été observé pendant les six premiers mois de 2019, une baisse de 1% des ventes des "PGC" dans les grandes surfaces. 

Comme le précise Les Echos, les clients ne désertent pas pour autant les allées de ces magasins, bien au contraire le trafic et la fréquentation restent même plutôt stables. Les consommateurs remplissent juste un peu moins leurs caddies et privilégient davantage la qualité à la quantité. Emily Mayer, spécialiste de l’IRI explique que les Français sont par exemple de plus en plus nombreux à préférer le bio, le local ou des produits plus innovants. 
C’est justement cet attrait pour des produits de plus grande valeur qui permettent aux professionnels de ne pas être perdants en terme de chiffres d’affaires et ce malgré une baisse des volumes d’achat. "La hausse du premier semestre 2019 constitue la deuxième plus forte hausse de chiffre d'affaires des cinq dernières années" indique même l’IRI. Une tendance qui a donc plutôt du bon et qui permet de freiner la consommation de masse et son impact négatif notamment en matière d’écologie. 

Toutefois un nouveau défi s’impose pour les super et les hypermarchés : faire face à une concurrence toujours plus intense qui offre aux consommateurs une infinie de possibilités. Qu’il s’agisse de nouveaux circuits de consommation via Internet notamment, avec des sites comme Amazon et des services de livraisons de repas à domicile comme Uber eats ou Deliveroo, ou de l'intérêt toujours aussi persistant pour les discounters et les enseignes de destockages. 
 

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu

* champs obligatoires