Sandra Muller l’initiatrice du hashtag #balancetonporc a été condamnée pour diffamation Sandra Muller l’initiatrice du hashtag #balancetonporc a été condamnée pour diffamation

News

Sandra Muller l’initiatrice du hashtag #balancetonporc a été condamnée pour diffamation

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de visiteur Icône utilisée pour page visite

PLUS LUS

Icône de montre Icône utilisée pour voir le temps de lecture de ce contenu

Temps de lecture

2 minutes

Publié le Mercredi 25 Septembre 2019

En 2017, Eric Brion attaquait Sandra Muller en justice après que celle-ci l'ait accusé publiquement sur Twitter, de l’avoir harcelée sexuellement, par le biais d’un hashtag devenu emblématique : #balancetonporc. Le verdict a été rendu ce mercredi 25 septembre 2019.

Presque deux ans après avoir révélé publiquement sur Twitter le nom de l’homme qui l’aurait harcelé sexuellement lors d’une soirée en 2012, la journaliste Sandra Muller - à l’origine du hashtag #balancetonporc - a été condamnée pour diffamation ce mercredi 25 septembre 2019 par le tribunal correctionnel de Paris. Elle écope ainsi de 15 000 euros de dommages et intérêts et devra également verser 5 000 euros au plaignant pour le remboursement de ses frais judiciaires. Celle qui avait été désignée comme personnalité de l’année en 2017 par le magazine Time et qui officie en tant que journaliste pour La lettre de l’audiovisuel aura pour obligation de retirer ses tweets litigieux. Elle devra également publier des communiqués judiciaires sur son compte Twitter et dans deux organes de presse. 

Pour rappel, le 13 octobre 2017, Sandra Muller incitait sur son compte Twitter toutes les femmes à dénoncer ces fois où elles avaient été harcelées sexuellement sur leur lieu de travail par le biais d’un hashtag rapidement devenu viral : #balancetonporc. Elle avait fait suivre sa démarche d’un second tweet dans lequel elle révélait publiquement le nom de son harceleur : Eric Brion ex-patron d’Equidia en publiant le message salace que celui-ci lui avait envoyé. Ce dernier avait alors reconnu avoir eu ces propos déplacés mais se défendait en revanche "d’être un harceleur sexuel" avant de porter plainte contre Sandra Muller pour diffamation. Ses avocats ayant considérés que ce hashtag était fondé sur le "mensonge et la calomnie"

Ce 25 septembre, Eric Brion se dit "soulagé" de la décision qui a été rendue par le tribunal et parle même dans un tweet d’une "victoire de la vraie justice sur le tribunal du buzz et des réseaux sociaux"
 




De son côté, France inter rapporte que Sandra Muller a réagi en indiquant être "déçue"  mais toujours "déterminée"  tout en appelant "les femmes à continuer à se battre". Son avocat Francis Szpiner a déjà indiqué qu’il prévoyait de faire appel en regrettant une "condamnation extravagante" et "hors du temps".  Il a également rappelé que Sandra Muller était une inconnue lorsqu’elle a fait ce tweet en assurant que "si le tweet avait pris cette ampleur, c’est qu’il avait trouvé une résonnance chez de nombreuses femmes"

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu

* champs obligatoires