News

Que cherche Mickaël Chemloul, l'ex-chauffeur d'Harvey Weinstein ? par Anaïs Robert

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de visiteur Icône utilisée pour page visite

PLUS LUS

Icône de montre Icône utilisée pour voir le temps de lecture de ce contenu

Temps de lecture

3 minutes

Publié le Vendredi 26 Octobre 2018

En publiant son livre "Le démon de la Croisette" (éd. Baker Street), Mickaël Chemloul partage son expérience de six années au service de l’ex-producteur. Mais malgré le portrait peu flatteur qu’il dresse de son ancien employeur, on est en droit de s’interroger : quelles sont ses motivations ?

On a comme un sentiment de déjà-vu. Un homme vient s’approprier la parole dans un débat qui concerne essentiellement les femmes, ici en l’occurrence, les victimes du producteur déchu Harvey Weinstein. Chauffeur de ce dernier lors du festival de Cannes de 2008 à 2013, Mickaël Chemloul tient à dépeindre cette expérience éprouvante, à n'en pas douter. Mais là où le bât blesse, c’est que le propos de l'ex-chauffeur est ambigu. Car s'il raconte avoir vu des jeunes femmes ressortir d'entrevues avec Weinstein "dans des états qui, psychologiquement laissait à désirer" et autres détails encore plus glauques, Mickaël Chemloul se pose lui aussi en victime de l’ex-mogul d’Hollywood, dans le cadre d'une importante promo (Konbini, L'Obs, L'Express, Le Figaro...). L'auteur va même jusqu'à évoquer un "livre thérapeuthique"...
 

L'impression qui domine alors : Mickaël Chemloul donne à sa parole autant de poids qu’aux témoignages de celles que Weinstein a harcelées et violées. L’ex-chauffeur semble en effet mettre sur le même plan plusieurs situations : la sienne, celle d'une victime d'aggression physique, le producteur l'ayant frappé, et celles des femmes qui ont porté plainte contre lui (sans parler de celles qui n'ont pas osé le faire).
L'ex-chauffeur explique par ailleurs avoir été traumatisé par ce qu'il a vu, jusqu'à faire un burn-out, sans pour autant expliquer en interview pourquoi il n'a pas tenté de réunir des preuves contre son patron.  Pire : en décrivant un "orgre sexuel" fan de drogues et sex toys, ou encore un "monstre moral", Mickaël Chemloul fini par brouiller le message : Harvey Weinstein est peut-être un débauché, mais reste avant tout un prédateur sexuel. Et c'est pour cela qu'il sera jugé. 

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu

* champs obligatoires

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies pour disposer de services fonctionnels et d’offres adaptés à vos centres d’intérêts, dans le respect de notre politique de confidentialité. Cliquez ici pour en savoir plus