Quand Najat Vallaud-Belkacem s’attaque aux Pokémon rares

News

Quand Najat Vallaud-Belkacem s’attaque aux Pokémons rares

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de visiteur Icône utilisée pour page visite

PLUS LUS

Publié le Lundi 29 Août 2016

En vue de la rentrée, Najat Vallaud-Belkacem a décidé d’interdire les Pokémons rares des écoles. La raison : éviter le risque "d’intrusion massive" d’étrangers dans les établissements (et préserver la concentration des élèves par la même occasion).

L’heure est à la rentrée… pour tout le monde. Alors que certains amoureux des créatures de Satoshi Tajiri s’inquiétaient de la disparition de Pokémon Go, Najat Vallaud-Belkacem souhaite limiter l’application dans les écoles. Et pour parvenir à ses fins, la ministre de l’Education a précisé, lors de sa conférence de presse sur la rentrée du 29 août 2016, qu’il n’y aurait pas de Pokémons rares dans les écoles. Soucieuse de l’avenir des petits français, elle estime que "les Pokémons rares sont susceptibles d'attirer beaucoup de gens, et au-delà des élèves dans les établissements scolaires, ce qui pose des problèmes de sécurité compte tenu de l'engouement autour du jeu".

Autrement dit, non seulement les créatures pourraient déconcentrer nos chères têtes blondes, mais en plus, elles susciteraient l’intérêt de nombreuses personnes extérieures aux écoles. Ainsi, la jeune ministre a pris le taureau par les cornes en s'adressant directement  directement avec Niantic, l’éditeur du jeu à réalité augmentée. Mais ce n’est pas tout : les directeurs d’écoles peuvent aussi demander que leur établissement soit exclu de la carte du jeu.

Sarah Jobert

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu

* champs obligatoires

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies pour disposer de services fonctionnels et d’offres adaptés à vos centres d’intérêts, dans le respect de notre politique de confidentialité. Cliquez ici pour en savoir plus