Première greffe de pénis et de scrotum réussie aux Etats-Unis Première greffe de pénis et de scrotum réussie aux Etats-Unis

News

Première greffe de pénis et de scrotum réussie aux Etats-Unis par Anne Lods

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de visiteur Icône utilisée pour page visite

PLUS LUS

Icône de montre Icône utilisée pour voir le temps de lecture de ce contenu

Temps de lecture

2 minutes

Publié le Mardi 24 Avril 2018

Des médecins américains ont annoncé lundi 23 avril 2018 avoir réussi à greffer un pénis et un scrotum sur un patient. Explications.

C’est une grande première dans le monde de la médecine. Une équipe de neuf chirurgiens esthétiques et deux urologues de la faculté de médecine Johns Hopkins à Baltimore, aux Etats-Unis, a réalisé une transplantation d’un pénis et d’un scrotum. L’opération a été réalisée sur un vétéran blessé en Afghanistan et a duré quatorze heures. Un travail d’orfèvre puisqu’il a fallu (sans mauvais jeu de mot) agir sur la peau, les muscles, les tendons, les nerfs, les os mais également les vaisseaux sanguins. Le patient devrait pouvoir uriner normalement très bientôt. D’après les médecins, ses entières capacités sexuelles devraient être également connues d’ici six mois. Evidemment, pour des raisons éthiques, les testicules du donneur n’ont pas été transplantés. "La capacité du bénéficiaire de la greffe à avoir des enfants résulterait en la transmission du matériel génétique du donneur (...) aux enfants de la personne greffée, explique Damon Cooney chirurgien plastique lors de l’opération. Nous avons senti qu’il y aurait trop de questions éthiques sans réponse, si cela se produisait". Le patient devrait pouvoir avoir suffisamment de sensations pour parvenir à avoir une érection, mais ne pourra donc pas éjaculer.
D’après le ministère américain de la Défense, près de 1400 militaires ont subi des blessures aux parties génitales entre 2011 et 2013 en Afghanistan et en Irak, notamment à cause de bombes artisanales… Faites l’amour, pas la guerre.

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu

* champs obligatoires

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies pour disposer de services fonctionnels et d’offres adaptés à vos centres d’intérêts, dans le respect de notre politique de confidentialité. Cliquez ici pour en savoir plus