Précarité menstruelle : des distributeurs de protections hygiéniques gratuites dans plusieurs universités françaises Précarité menstruelle : des distributeurs de protections hygiéniques gratuites dans plusieurs universités françaises

News

Précarité menstruelle : des distributeurs de protections hygiéniques gratuites dans plusieurs universités françaises par Tess Annest

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de visiteur Icône utilisée pour page visite

PLUS LUS

Icône de montre Icône utilisée pour voir le temps de lecture de ce contenu

Temps de lecture

3 minutes

Publié le Jeudi 12 Septembre 2019

En France, 8% des femmes déclarent ne pas disposer de suffisamment de moyens pour se procurer tous les mois des protections hygiéniques. La plupart d’entre elles étant des étudiantes, des universités ont décidé de mettre en place des distributeurs tampons et de serviettes hygiéniques.

Selon une récente étude nationale réalisée par l’IFOP pour Don Solidaires, 8% des femmes ne disposent pas de suffisamment de moyens pour se procurer tampons et serviettes hygiéniques. Sans surprise, la plupart d'entre elles sont des étudiantes. Aujourd’hui encore, environ 130 000 jeunes femmes manquent des cours tous les ans car elles n’ont pas assez d’argent pour se payer des protections hygiéniques. Pour lutter contre cette précarité menstruelle, plusieurs universités françaises ont décidé d’installer dans leurs locaux, dès la rentrée 2019, des distributeurs de protections hygiéniques gratuites.

Si l’Université de Lille était la première de France à offrir des tampons et serviettes hygiéniques à ses étudiantes en janvier 2019, Rennes 2 est la toute première à installer des distributeurs de protections périodiques gratuites. Ils y seront installés tout au long de l’année scolaire. Sur sa page Facebook, le Bureau des Etudiants de l’établissement a également indiqué que "durant la semaine de la rentrée- soit du 9 au 13 septembre 2019-, pas moins de 10 000 kits de 18 serviettes ou tampons bio et sans plastique seraient distribués gratuitement, de même que 1 300 cups et serviettes réutilisables". L’université prévoit aussi la mise en place progressive de ce genre distributeurs directement dans les WC, pour plus de discrétion.

La Sorbonne prévoit elle aussi l’installation rapide de distributeurs de protections hygiéniques gratuites entre ses murs. La Baffe, l’association féministe qui mène à bien ce projet dans l’université parisienne, va disposer d’un budget annuel de 30 000 euros pour lutter contre la précarité menstruelle. Des initiatives à saluer, et à copier à l’envie.

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu

* champs obligatoires