Pollution : les mégots de cigarettes sont aussi responsables Pollution : les mégots de cigarettes sont aussi responsables

News

Pollution : voilà pourquoi vous ne devriez plus jeter un mégot par terre par Laura Carreno-Müller

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de visiteur Icône utilisée pour page visite

PLUS LUS

Icône de montre Icône utilisée pour voir le temps de lecture de ce contenu

Temps de lecture

5 minutes

Le gouvernement a annoncé, le 24 avril 2018, son intention d’obliger les fabricants de cigarettes à participer à la collecte de mégots, pour aider à lutter contre la pollution en ville. Nocives pour la santé, les cigarettes le sont également pour l'environnement.

Il était temps d’agir : chaque année, 30 milliards de mégots sont jetés à même le sol, en France, les fumeurs estimant qu’il s’agit de déchets biodégradables et donc sans effet nocif pour l’environnement. Ce qui est totalement faux : photodégradables, ils ne disparaissent pas complètement. Dans la nature, on en retrouve 72 milliards. Tandis que certains mettent une quinzaine d’années avant de se dégrader, un filtre seul contient 4 000 substances chimiques, comme l’ammoniac ou l’acide cyanhydrique (on vous laisse faire vos recherches sur Google). 

Chers Philip Morris et compagnie, vous avez donc aussi un rôle à jouer dans la lutte contre la pollution. Pour limiter le nombre de détritus qui gangrènent les rues, le gouvernement a annoncé son plan anti-déchets, le 23 avril 2018, et envisage même de créer une filière de responsabilité élargie au producteur (REP), pour les fabricants de cigarettes. Ces derniers devront contribuer financièrement à la collecte des mégots dans les villes avec une écoparticipation sur chaque paquet vendu, comme c’est le cas pour d’autres produits recyclables. En d’autres termes : en passant chez le buraliste, les fumeurs pourraient payer leur paquet quelques centimes de plus. Cette mini-contribution sera ensuite versée aux organismes chargés du recyclage. Pour Matignon, il ne reste plus qu’à négocier avec les géants du tabac.

D'autant plus que les mégots ne sont pas monnaie courante uniquement sur le macadam, puisqu’ils représentent aussi 40% des déchets retrouvés dans la Méditerranée. D’après l’association EVI, qui lutte pour la protection de l’environnement, un seul mégot peut provoquer la mort de plusieurs espèces de poisson (parfois en sous-nutrition, puisqu’ils ne se nourrissent plus que de filtres), et polluer 300 à 500 litres d’eau potable. Et on ne parlera pas des milliers d’hectares de forêts qui disparaissent sous les flammes, chaque année, à cause de mégots mal éteints. En attendant que les entreprises valident le nouveau projet de Matignon, les fumeurs qui veulent se responsabiliser peuvent d’ores et déjà se renseigner sur les filtres biodégradables (on les a trouvés et ils sont même moins chers que des Rizlas)... Avant de lâcher la clope une bonne fois pour toutes ?   

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Mme M.

JE SOUHAITE RECEVOIR

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies pour disposer de services fonctionnels et d’offres adaptées à vos centres d’intérêt, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée. Cliquez ici pour en savoir plus.