Pollution : en France, des statues portent des masques pour dénoncer l’inaction des pouvoirs publics Pollution : en France, des statues portent des masques pour dénoncer l’inaction des pouvoirs publics

News

Pollution : des statues portent des masques pour dénoncer l’inaction des pouvoirs publics par Géraldine Verheyen

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de visiteur Icône utilisée pour page visite

PLUS LUS

Icône de montre Icône utilisée pour voir le temps de lecture de ce contenu

Temps de lecture

5 minutes

Publié le Dimanche 1 Avril 2018

Ce samedi 31 mars 2018, plusieurs grandes villes de France ont vu leurs statues vêtues d’un masque protecteur afin de dénoncer l’inaction des pouvoirs publics contre la pollution de l’air.

A Paris, Strasbourg, et d’autres villes françaises, des masques antipollution ont été posés devant la bouche de plusieurs statue, une action symbolique visant à dénoncer le manque d’encadrement du gouvernement contre la pollution de l’air. Si vous habitez la capitale, vous avez peut-être remarqué les masques des célèbres statues de la Place de la Concorde. A Strasbourg, ce sont sur Les Quatre Hommes, installés au bout de l’avenue des Vosges, qui ont été choisis. Selon Marie Fabre, cofondatrice de Zéro déchet Strasbourg, il s’agit d’"une artère symbolique de la pollution de l’air". Des pancartes avec des messages tels que "Respirer tue", "Nous n’en poumons plus", ou "Incinératueur", ont également été installées autour des statues.

Comme l'indique Le Monde, les associations dénonciatrices, comme France nature environnement, Greenpeace ou la Fédération des usagers de la bicyclette, ont réclamé dans un communiqué "une politique de transports sans enfumage." Cette action coïncide avec le dernier jour prévu par le Conseil d’Etat pour la remise à la Commission européenne du plan du gouvernement contre la pollution de l'air. En juillet dernier, la France avait été priée d’agir, cette dernière étant responsable de près de 50 000 morts prématurées (avant 65 ans) par an.

Icône de Quote Icône utilisée pour indiquer que ce texte est un rendez-vous

La pollution est à l'origine de 9 millions de morts dans le monde, soit trois fois plus que les morts combinées du sida, de la tuberculose et du paludisme

Icône de Quote Icône utilisée pour indiquer que ce texte est un rendez-vous
En octobre 2017, dans son rapport sur la qualité de l’air, l’Agence européenne pour l’environnement annonçait que la pollution de l’air était à l’origine de plus de 500 000 morts prématurées en Europe par an. A l’échelle mondiale, la revue médicale The Lancet portait ce nombre à 9 millions. Cela représente un décès sur six dans le monde (16 %), soit "trois fois plus que les morts combinées du sida, de la tuberculose et du paludisme."

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu

* champs obligatoires

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies pour disposer de services fonctionnels et d’offres adaptés à vos centres d’intérêts, dans le respect de notre politique de confidentialité. Cliquez ici pour en savoir plus