Pollution : combien de cigarettes fume-t-on en respirant l’air des villes ? Pollution : combien de cigarettes fume-t-on en respirant l’air des villes ?

News

Pollution : combien de cigarettes fume-t-on en respirant l’air des villes ? par Géraldine Verheyen

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de visiteur Icône utilisée pour page visite

PLUS LUS

Icône de montre Icône utilisée pour voir le temps de lecture de ce contenu

Temps de lecture

3 minutes

Dans certaines villes du monde, le taux de pollution de l’air est tellement élevé, que cela équivaut pour les habitants à l’inhalation de 65 cigarettes par jour. Mais qu’en est-il pour les villes françaises ? Une application nous donne la réponse.

Si vous pensiez échapper aux problème de santé lié au tabagisme en faisant le choix de ne pas fumer, on a un scoop pour vous : cela ne va rien changer. La faute à la pollution de l’air. Amaury Martiny et Marcelo Coelho, respectivement développeur et designer, ont créé une appli permettant de calculer le nombre de cigarettes fumées en une journée en fonction de la qualité de l’air. Et le résultat est très flippant.
Pour mettre au point leur système, ils se sont basés sur une étude menée par Elizabeth et Richard A. Muller, des chercheurs sur le climat à l’Université de Californie. Dans leurs recherches, ces derniers avaient comparé le nombre de morts liés au tabac, aux niveaux de particules fines (PM2.5) relevés à différents endroits. "Voici la règle : une cigarette par jour est l'équivalent approximatif d'un niveau de 22μg/m3 de particules fines. Doublez ce niveau, et cela équivaut à deux cigarettes par jour. Bien sûr, contrairement à la cigarette, la pollution atteint tous les groupes d'âges." Résultat : une ville comme Shenyang, située dans le nord de la Chine, a déjà atteint des taux de pollution équivalents à l'inhalation de 65 cigarettes par jour. En Europe, la moyenne est à 1,6.

Mais pour aider à se faire une idée, en fonction de l’endroit précis où se trouve une personne, l’appli, intitulée Sh*t ! I smoke, a repris la formule élaborée par les scientifiques américains. Ils l’ont ensuite croisée avec les données des associations de surveillance de la qualité de l’air à travers le monde. Contacté par Slate, Marcelo Coelho a ainsi expliqué : "Ces stations de surveillance de la qualité de l'air ne sont que des chiffres, des chiffres qui sont surtout destinés aux professionnels qui travaillent dans le domaine de l'environnement. Quand vous faites cette conversion en cigarettes, il est plus facile de comprendre ce à quoi les gens font face et les conséquences que la qualité de l'air a sur leur vie quotidienne."



Concrètement, aujourd’hui, samedi 28 avril 2018, la qualité de l’air est, en moyenne, assez bonne en France. Ce qui n'empêche pas les Parisiens et touristes qui se déplacent sur les Champs Elysées de quand même fumer 0,8 cigarette. Les Marseillais, eux, sont à 1,3 cigarette tandis que Montpellier est à 1 cigarette. Et c’est à peu près le même chiffre que l’on retrouve dans les autres grandes villes de France. Comparés à d’autres pays, ils paraissent d’ailleurs dérisoires. Car aujourd’hui les habitants de Pékin, en Chine, vont inhaler l’équivalent de 5,8 cigarettes. Un chiffre qui peut grimper jusqu'à 25 lors des pics de pollution.

Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Icône de voter Icône utilisée pour voir valoriser le contenu
Mme M.

JE SOUHAITE RECEVOIR

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies pour disposer de services fonctionnels et d’offres adaptées à vos centres d’intérêt, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée. Cliquez ici pour en savoir plus.